Propos sur les autochtones laides et les beaux policiers: Le CCNR inflige un blâme d’une rare sévérité

Jeff Fillion

En novembre 2016, le Québec est en émoi suite à un reportage de Radio-Canada dévoilant des témoignages troublants de femmes autochtones affirmant avoir été agressées par des policiers.

Fillion fait alors ce qu’il fait de mieux, c’est-à-dire protéger le fort contre le faible. Dans ses propos, il affirme que les policiers ne peuvent pas avoir violé personne parce qu’ils sont trop beaux et que les femmes autochtones sont trop « déboitées ».

Le CCNR conclut que ces propos sont:

  • discriminatoires quant à la race ou l’origine
  • des stéréotypes indûment négatifs
  • stigmatisants envers des groupes
  • dégradants

Radio X est tenu de diffuser l’audio de cette décision deux fois sur des heures de grande écoute, à l’heure normalement réservée à l’émission de Fillion.

Rappelons qu’un grand nombre de décisions de ce genre peuvemt entrainer une révision de la licence.

Pour une rare fois, on va féliciter cette décision éclairée du CCNR. Elle est basée sur l’ensemble du contexte, sur des discussions dans deux émissions séparées et sur plusieurs articles de deux différents codes (la déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) et le Code sur la représentation équitable).

Le comité décideur du CCNR a fait une belle job. Nous avons d’ailleurs remarqué que le comité a fait le plein de nouveaux membres.

Le processus compliqué et flou du CCNR continue toutefois de faire son œuvre, alors que sur 31 plaignants, un seul s’est rendu jusqu’au bout.

Si cette personne avait abandonné comme les 30 autres, Fillion n’aurait jamais été puni.

Vous pouvez réécouter les propos de Fillion en novembre 2016.