Ségal prend sa retraite

L’année se termine sur une bonne note dans l’univers de la radio-poubelle: Myriam Ségal prend sa retraite après 40 ans de radio.

Notons que c’est une rare femme ayant connu du succès dans le monde très majoritairement masculin de la radio.

Sans être la plus sulfureuse, elle a attiré notre attention à plusieurs reprises.

Entre l’antifascisme et le fascisme, son coeur balance. En 2017, alors que le groupe néo-nazi Atalante fait flotter des bannières « Remigration », revendiquant ainsi la déportation de tous les non-blancs du territoire, Ségal, accompagné de Duhaime, réserve ses pires critiques… aux antifascistes, tout en défendant les nazis.

Pourtant, en 2019, elle semble rejoindre l’antifascisme. Alors que son coanimateur Luc Lavoie suggère de « mettre mon poing sur la gueule » à un raciste, Ségal renchérit, affirmant qu’elle paierait son avocat pour le défendre.

C’est aussi une féroce antiféministe. En 2016, elle prétend que les femmes gagneraient un salaire plus bas par choix, qu’elles auraient des prédispositions génétiques à la faiblesse, qu’elles sont plus « prudentes » et plus « protectrices » par nature. Et son préchi-préchat se termine pas un réquisitoire réclamant la suppression de toutes les institutions féministes existantes.

Un autre grand moment. Lorsque le groupe néo-nazi Atalante va intimider les journalistes de Vice à Montréal envers qui réserve-t-elle les pires critiques?

L’extrême-gauche et… les journalistes.

L’auteur de l’attaque est en procès en ce moment.

L’histoire ne dit pas si elle va continuer d’enseigner au Cégep de Jonquière.

Bye bye Myriam et surtout ne nous fait pas le coup de revenir par une autre station de radio.