Archives du mot-clé Attentat à la mosquée

Tueur de la mosquée: Un racisme tombé du ciel

Le Journal de Québec consacre aujourd’hui un long dossier sur le tueur de la mosquée de Sainte-Foy. Le journaliste contourne toutefois soigneusement les éléphants dans la pièce.

Deux questions restent en suspens:

– Puisque les psychologues conviennent que le tueur était raciste, la question suivante est: d’où vient ce racisme? Qui est à l’origine des idées racistes du tueur?

Bizarrement, tout ce qu’on sait, ce sont les médias qu’il consommait sur internet. Rien sur les médias bien de chez nous.

Sa famille n’avait-elle pas la télé et la radio? Peut-être écoutaient-ils TVA ou Radio X?

C’est comme si les journalistes s’étaient arrangés, intentionnellement ou non, pour épargner un des leurs.
Le racisme du tueur semble donc venir de nulle part, il est comme « tombé du ciel ».

Le tueur s’intéressait à Ben Shapiro, Paul Joseph Watson et Alex Jones sur Twitter. Qu’est-ce qui les distingue de Jeff Fillion? Ne sont-ils pas d’ailleurs eux-mêmes des inspirations de Fillion?

Sources Twitter du tueur de la mosquée

– Les parents du tueur sont toujours présentés comme des victimes. Un seul média est sorti du lot, le Montreal Gazette. Comme quoi la diversité médiatique est quelque chose d’important, de vital même.

Dans un article d’avril 2018, le quotidien anglophone mentionne que le père du tueur non seulement s’entrainait au tir avec lui, mais partageait des « idées » sur l’islam avec lui par courriel.

Montrealgazette.com

Et ça, c’est juste parce qu’on a retrouvé les courriels sur un ordinateur. Allez savoir ce qu’ils se disaient de vive voix.

Ce n’est pas une idée nouvelle, un enfant partage souvent les idées de ses parents.

Est-ce que ça serait vraiment trop demandé qu’il y ait un journaliste qui aille poser des questions pas trop complaisantes aux parents de Bissonnette, sur l’islam et leur consommation médiatique?

À ce moment-là, vous pourrez rédiger un dossier sur l’attentat qu’il vaudra la peine de lire.

40 ans pour Bissonnette: les réactions

Le tueur de la mosquée vient d’être condamné à vie. Il sera admissible à une libération conditionnelle dans 40 ans.

Cette annonce a chagriné les proches des victimes qui auraient souhaités une peine plus lourde. C’est une réaction tout ce qu’il y a de plus normale pour une communauté endeuillée.

Malgré tout, le 11 février, l’infâme Lise Ravary publie une chronique affirmant que le rejet du verdict par la communauté endeuillée signifie qu’elle ne « comprennent pas le pays où ils vivent depuis des décennies ».

Ravary repousse toute compassion pour des musulmans parce qu’ils critiquent une décision judiciaire dans un pays ou se plaindre des « peines bonbons » est pourtant un sport national.

Les réactions à cette chronique sont très intéressantes.

Du côté des déplorables:

  • Sophie Durocher de QUB qualifie le texte de Ravary de « courageux » et de « délicat »
  • Duhaime du FM93 qualifie les propos de Mohamed Labidi « d’imbéciles » et de « dangereux »
  • Fillion de Radio X aurait préféré la peine de mort pour Bissonnette
  • Maurais de Radio X a de la compassion… pour les parents du tueur

Du côté des respectables:

  • Ségal Lavoie du FM93 critiquent la partie du texte de la lettre des parents de Bissonnette qui amalgame l’immigration
  • Sylvain Bouchard du FM93 trouve que Ravary, qu’il apprécie pourtant, dépasse les bornes

L’étoile du match revient à Sylvain Bouchard, qui, depuis l’attentat, démontre une sincère volonté de comprendre sans stigmatiser. Et c’est vraiment encourageant.

La genèse d’une tuerie

Le mardi 17 avril 2018. Au palais de justice de Québec, les survivants et les familles des victimes de la tuerie défilent devant le juge François Huot. Bissonnette a déjà avoué son crime, mais pour eux, témoigner de l’horreur est une forme de catharsis, une délivrance.

Au même moment, une station de radio de Québec offre à ses auditeurs une autre sorte de défoulement. La tribune téléphonique, ce jour-là, porte sur le voile islamique.

Pendant que les victimes de Bissonnette racontent leur vie brisée, la radio ouvre ses lignes. Et les vannes.

« Je regarde ça aller, pis c’est comme l’érosion. Ils sont en train de nous gruger tranquillement », s’inquiète un auditeur. « Sentez-vous l’énergie de cette vague irrépressible de l’arrivée de musulmans dans notre société ? », demande un autre.

Les musulmans forment 3 % de la population québécoise. Sur les ondes de cette station, pourtant, l’heure n’est pas à la nuance. On est déjà passé à un autre appel affolé.

Lapresse.com