Archives du mot-clé Dominic Maurais

Le CMQ ne peut pas refuser une demande de parrainage mais il aurait de bonnes raisons de le faire

Dans sa chronique d’aujourd’hui, Richard Martineau prétend que la famille de Dominic Maurais, animateur à Radio X, s’est fait refuser une demande de parrainage d’une famille d’immigrants par le Centre multiethnique de Québec.

« Mais j’ai vu les larmes dans leurs yeux et je me suis rendu compte que c’était bel et bien vrai », raconte Martineau.

Martineau veut démontrer que Maurais aurait été injustement traité par les méchants « protecteurs du bien-être des immigrants » à cause de ses opinions. « Dom, lui, ne peut pas parrainer d’immigrants, car il chiale trop contre Greta Thunberg », raconte le larmoyant Martineau. « Parce qu’il travaille à Radio X », lui aurait-on dit.

Snif snif.

Sauf que c’est tout faux.

D’abord, si Maurais veut parrainer une famille pour vrai, il n’a qu’à remplir un formulaire du ministère de l’Immigration. C’est eux qui gèrent ça et le Centre Multiethnique de Québec n’a strictement rien à voir là-dedans.

Donc, l’histoire de Martineau est fausse. Le CMQ ne peut pas refuser une demande de parrainage à quiconque.

Ensuite, si Maurais veut être JUMELÉ à une famille, bénévolement, pour accueillir et accompagner une famille d’immigrants, c’est autre chose. Ce n’est pas ce qu’on appelle du « parrainage ».

Il y a une différence énorme entre parrainer et être jumelé. D’habitude, les vrais journalistes prennent soin d’utiliser les bons mots. Mais on est face à deux drôles d’oiseaux.

Donc, admettons que Martineau voulait bien parler de JUMELAGE.

Le CMQ accepte les demandes de bénévolat. Mais ce n’est pas tout le monde qui est accepté. Le CMQ vérifie les antécédents criminels des demandeurs par exemple.

Les CMQ a déjà refusé des offres de bénévolat. Une fois, il avait réalisé qu’une candidate avait déjà tenu des propos racistes dans les médias. C’est déjà arrivé.

Les accompagnants bénévoles ont un rôle de pouvoir sur les immigrants. Ces derniers sont vulnérables et peuvent être la cible de toutes sortes d’individus cherchant à les exploiter d’une façon ou d’une autre.

Étant donné ce rapport de force biaisé, et puisque les accompagnants ont un rapport d’autorité sur les immigrants, un minimum de critères doivent être remplis pour s’assurer que les immigrants ne tombent pas dans un guet-apens.

Maurais raciste?

Maintenant, le CMQ serait-il justifié de rejeter une demande de jumelage venant de Maurais? Est-ce que Maurais aurait, par hasard, déjà proféré des propos racistes?

Mets-en.

En mai, quand un individu s’approche de la mosquée, où il y a eu la tuerie en 2017, pour proférer des propos islamophobes, Maurais insiste pour dire que ce n’est pas du racisme et il insulte les journalistes osant poser des questions au premier ministre à ce sujet.

Lorsqu’en avril, des gens critiquent le projet de loi 21 dans une manifestation, Maurais leur réplique: « Si vous détestez le Québec à ce point-là, allez-vous en! ». Tant pis pour la liberté d’expression.

Encore en avril, Maurais et Ken Pereira déclarent que les « immigrants illégaux » sont en train d’envahir le Canada. Le jour précédent, Maurais tente de terroriser ses auditeurs avec un parti municipal belge nommé ISLAM qui serait en train « d’utiliser notre démocratie » pour, à terme, transformer la Belgique en « république islamiste ».

C’est quand même pas mal pour une « personne sensible » comme Maurais.

Maurais misogyne et homophobe?

Dans son article, Martineau souligne que Maurais « pourfend la misogynie et l’homophobie des fondamentalistes religieux ». Mais qu’en est-il de la misogynie et l’homophobie de la radio-poubelle?

Lorsque la présidente de la Fédération des Femmes, Gabrielle Bouchard, ironise en juin sur la « vasectomie obligatoire », Maurais dénonce les « féministes radicales », « féminazies », « folles », « anti-hommes » qui « détestent les hommes » et le « genre humain ».

Lorsqu’en mars, un article mentionne qu’il y a une augmentation des demandes de changement de sexe chez les mineurs, Maurais dit que les hommes qui se maquillent « ça n’existe pas », ça peut « fucker les enfants » et que c’est une « guerre culturelle » de la gauche.

Dom ne verse pas de larmes pour les survivantes de viol.

En janvier, lorsqu’elles prennent la rue avec une bannière Stop culture du viol, Maurais ne trouve rien de mieux à faire que de fustiger un « lobby féministe débridé et enragé qui crie » ajoutant que « La culture du viol au Québec, ça n’existe pas », mais que le matriarcat existe et que « c’est pas mal les femmes qui mènent »…

Tout en suggérant que les féministes sont sans aucun doute… droguées.

On pourrait continuer encore longtemps. Et tout ça a été dit en 2019. Si vous souhaitez en entendre encore plus, consultez notre section dédiée à Dominic Maurais.

En quoi cette misogynie et cette homophobie est-elle très différente de celle des « fondamentalistes religieux »? Adil Charkaoui serait parfaitement d’accord avec tout ce que dit Maurais sur les femmes et les personnes gaies et trans.

Tout cela est dommage parce que, comme d’habitude, tout ce qu’on a ici dans cette chronique partagée à ce nombreuses reprises par Richard Martineau est la version de Martineau et de Maurais. Version biaisée de deux vieux complices. Celle de la CMQ serait sans doute très intéressante mais c’est fort possible qu’on ne l’ait jamais.

D’autant plus dommage que Martineau démolit gratuitement la réputation d’un organisme qui travaille sans relâche à aider pour de vrai les immigrants de la capitale.

Pour finir, si Maurais et sa femme « trouvent qu’ils sont choyés par la vie et ils veulent donner au suivant » et qu’ils ont toujours le « cœur sur la main », qu’ils fassent une demande de parrainage en bonne et due forme au gouvernement fédéral.

Mais que Maurais ne vienne pas jouer à la brave victime persécutée pour ses opinions si la demande est refusée.

Tweet sur la « vasectomie obligatoire »: Maurais traite les féministes de « féminazies », de « folles » et de « anti-hommes »

Le 10 juin, la présidente de la FFQ, Gabrielle Bouchard, écrit un tweet ironique sur la « vasectomie obligatoire ».

L’idée est de démontrer qu’alors que le ventre des femmes est un sujet de discussion constant, il est impossible de faire la même chose au sujet du corps des hommes. Gabrielle Bouchard cherchait ainsi à démontrer un double standard.

Elle a aussitôt reçu un grand nombre de réactions outrées d’hommes choqués et de masculinistes frus, ne faisant que prouver la pertinence de sa réflexion.

L’un de ceux-là est Dominic Maurais qui a réagi en faisant une super méga crise du bacon.

D’abord, il a qualifié les féministes d »extrémistes », de « féminazies », de « folles » et d' »anti-hommes ».

Puis, il en rajoute en disant que l’avortement n’est « pas un débat » au Québec.

Tellement pas qu’il y a 2 semaines, Fillion réclamait l’interdiction de l’avortement au deuxième ou troisième trimestre (le qualifiant de meurtre) et que Maurais lui-même disait apprécier la loi restrictive en Géorgie, interdisant l’avortement après 6 semaines seulement.

Avec ce qui se passe aux États-Unis, les masculinistes des médias d’ici se sentent de plus décomplexés de parler du sujet et de réclamer des restrictions à l’avortement. Les femmes souhaitant garder le contrôle sur leur corps auraient intérêt à rester vigilantes.

Parce ce que grâce, entre autres, à la radio-poubelle, le sujet est en train de revenir au premier plan de l’actualité.

Radio X : Maurais fait sa crise du bacon

11 juin 2019, Maurais live, avec Dominic Maurais et Laurent Gaulin

7h20- DM: « Dire une connerie pareille sous un couvert humoristique, j’ai pas trop compris, elle mélange l’avortement là-dedans. Regarde, c’est même pas un enjeu au Québec, l’avortement (…) »

« Elle se donne de l’importance en insultant les hommes (…) La détestation des hommes auprès des féministes radicales, ceux que certains aux États-Unis appellent des féminazies, c’est-à-dire les folles, n’ayons pas peur des mots, les anti-hommes (…) C’est parce que là, on tombe dans la détestation du genre humain. On tombe dans une autre sphère. On tombe dans la haine des hommes. La misandrie. On tombe dans un mode guerrier (…) »

« Les petits gars ont de la misère à l’école… décrochage… Ritalin. Elle sort dans les médias en disant qu’il faut vasectomiser les enfants… les garçons de 18 ans. Autrement dit, les stériliser. C’est la démission, là! (…) C’est la Fédération des Femmes du Québec! Pas de l’Alabama! Ici, il n’y en a pas de débat (…) Moi, je n’en fais pas un thème (LOL) (…) C’est pas un sujet d’actualité au Québec (…) »

« Elle dit ce qu’ils pensent dans le camp des féministes extrémistes. Que les hommes sont des salauds. Que les hommes sont des violeurs. Que les hommes sont toxiques. Que les hommes devraient être éliminés. Tout le discours autour de la toxic masculinity, c’est un peu ça. C’est comme si on avait été beurré comme étant toxique à la naissance, les hommes (…) Un moment donné, il va falloir prendre le parti des garçons dans la société matriarcale dans laquelle on vit (…) On ne devient pas femme (…)

dom-replique-a-la-presidente-de-la-ffq-une-radicale-anti-hommesdehors_2019-06-11.mp3

Maurais rigole à la perspective de la « fin » de Labeaume

Aéroport: « Les gens sont pas éternels c’est ça la beauté de la nature humaine. La beauté c’est qu’il y en a qui sont tassés et il y en a qui disparaissent. Et qui font autre chose.

Labeaume n’est pas éternel« 

Maurais live, 3 juin 2019, 6h30

On rappelle que le maire Régis Labeaume vient d’être traité pour un cancer de la prostate.

Maurais propose une limite de 3 ans à l’aide financière de dernier recours

S’il y a bien une catégorie de personnes sur lesquelles on peut taper tant qu’on veut, sans subir aucun risque, c’est bien les pauvres.

Dans l’extrait suivant, Maurais propose de mettre une limite de temps à l’aide financière de dernier recours pour les personnes dites « aptes au travail ». Ça, ce sont ceux que Maurais aime caricaturer en les présentant comme des « profiteurs du système ».

Pourtant, le nombre de personnes assistées sociales diminue continuellement même si la population elle, augmente. Ça reste un sujet récurrent à la radio-poubelle, basé sur de la désinformation, de la polarisation, et de l’indignation mal placée.

Concrètement, couper encore l’aide aux personnes démunies aurait comme résultat de se retrouver dans la situation de la plupart des pays du tiers monde avec des femmes, des enfants et des vieillards quêtant dans la rue pour survivre. Dans un des pays les plus prospères au monde, ce serait honteux.

Ça serait même contraire aux Chartes des droits, puisqu’elles garantissent le droit à la vie. Le droit à la vie n’est pas « le droit de ne pas être tué ». C’est le droit d’avoir le minimum nécessaire pour une vie épanouie.

Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne.

Charte des droits et libertés de la personne, legisquebec.gouv.qc.ca

Radio X : une limite de 3 ans

31 mai 2019, Maurais live, avec Dominic Maurais et Dany Gravel (00:04:37)

7h30- DM: »Ça prend une réforme totale de l’aide sociale. Ça prend un timer, pour ceux qui sont dans le besoin (…)

Il t’arrive une bad luck dans la vie. Disons t’as 36 mois de capital aide. T’sais, quand tu es Québécois apte au travail (…) L’histoire d’avoir de l’aide sociale à vie là? Apte au travail, c’est no no. C’est fini, là. Donc, un méga ménage. Il y a encore plus de 100 000 aptes au travail, ce matin, qui ont un chèque, est-ce normal? Surtout dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre? C’est pas normal. Ça prend une réforme complète où tu coupes le chèque. C’est final bâton. Tu es apte au travail. »

maurais-live_2019-05-31-7h30-couper-le-bs.mp3

Après les ex-chroniqueurs de Radio X Martin Coiteux et Sébastien Proulx, Yves Lévesque se lance en politique

Maurais est très fier de donner la liste des anciens chroniqueurs de Radio X qui sont devenus politiciens par la suite: Martin Coiteux, Sébastien Proulx et, cette semaine, Yves Lévesque, ex-maire de Trois-Rivières.

À la liste des politiciens grenouillants à la radio-poubelle on pourrait ajouter ceux qui sont chroniqueurs en même temps qu’ils sont élus (Éric Caire, Pierre Arcand (frère de Paul chez Cogeco #ConflitInteret)) et les ex-élus (Jacques Brassard, Michel Guimont) ou les candidats (Régis Labeaume, Adrien Pouliot).

Il y a même des animateurs qui ont déjà été des élus (André Arthur, Nathalie Normandeau) et candidats (Jean-François Fillion). Et aussi de nombreux apparatchiks (Éric Duhaime, Jonathan Trudeau, Ian Sénéchal, Jean-Nicolas Gagné, etc.).

En somme, n’en déplaise à ceux qui sont toujours prompts à minimiser son importance, la radio-poubelle est une plaque tournante importante du pouvoir. Ce n’est pas une radio « anti-système », encore moins une radio rebelle. C’est la radio du système, au service des riches et des puissants.

CHOI: Maurais se vante de ses ex-chroniqueurs

28 mai 2019, Maurais live, avec Dominic Maurais (00:01:03)

7h12: « Après Martin Coiteux qui a quitté Maurais live pour devenir président du Conseil du trésor;

Après Sébastien Proulx qui a quitté Maurais live pour devenir Ministre de l’éducation;

Vous avez Yves Lévesque qui a quitté Maurais live et qui devient candidat. »

maurais-live_2019-05-28-7h15-yves-levesque.mp3