Archives du mot-clé Dominique Dumas

Dôme Dumas et le terme «mongol»

Dominique (Doom) Dumas utilise régulièrement un langage très blessant sur Twitter. Nous avons remarqué que l’animateur de Good Morning Québec, coanimateur de Maurais Live et de Fillion, utilisait depuis plusieurs années le terme « mongol » comme insulte sur ce réseau social.

Selon la Société québécoise de la Trisomie-21, il s’agit de propos inacceptables pour les parents d’enfants vivant avec le syndrome de Down. Quelques exemples:

Le collègue de Dumas, Dominic Maurais, avait d’ailleurs vivement décrié l’utilisation de ce terme dérogatoire par l’équipe de « La soirée est (encore) jeune » en 2015. En 2019, par contre, il semblait être POUR l’utilisation de ce terme par l’humoriste Pierre Hébert aux Gémeaux.

Alors Dominic Maurais, nous te demandons : qu’en est-il de son utilisation comme injure contre des adversaires idéologiques par ton collègue Dominique Dumas? Cautionnes-tu ce genre de propos? 

À la direction de CHOI, nous demandons : Êtes-vous d’accord avec le langage blessant, stigmatisant, pour des familles vivant avec le syndrome de Down que votre animateur utilise sur les réseaux sociaux avec votre logo bien en évidence en photo de profil?

Meurtre dans un hôtel de Sainte-Foy: Fillion blâme la victime

Un coup de crayon d’Alex Fatta

Mercredi dernier une jeune femme de 22 ans, Marylène Lévesque, est assassinée dans un hôtel. L’agresseur, 51 ans, est un tueur récidiviste. Il avait promis à Mme Lévesque 2000$ en échange de services sexuels.

Dans l’extrait audio ci-bas, Jeff Fillion commente, passant environ 2 minutes à parler du tueur et consacrant les 16 minutes restantes à critiquer le comportement de la victime alors que son cadavre est encore chaud.

Fillion résume bien sa position dans une phrase: « Il y a un salaud qui n’aurait pas dû être en liberté, mais il y a une victime qui n’a pas été prudente. »

Le tueur et l’assassinée seraient ainsi coupables au même titre. En fait non, la morte est d’avantage coupable, selon Jeff Fillion, puisqu’elle récolte l’essentiel des critiques.

C’est une posture traditionnelle de la radio-poubelle: la victime est coupable. Quand des survivantes dénoncent le prédateur sexuel Harvey Weinstein, Fillion blâme les femmes pour en avoir profité et pour « ne pas avoir de bonnes valeurs ». Quand des femmes sont agressées à l’Université Laval, Fillion fustige la « prise de contrôle des femmes dans la société ».

Et suite à l’opération Scorpion en 2003, Fillion s’en prendra à Geneviève Quinty, responsable au Projet intervention prostitution Québec (PIPQ). Celle-ci lui réclamera 100 000 $ pour avoir tenu des propos offensants sur son orientation sexuelle (elle est lesbienne) et sur sa compétence professionnelle.

Fillion commence son sermon en réclamant la peine de mort pour le tueur.

Mais peine de mort ou pas, ça n’aurait pas empêché le crime de se produire. Ce n’est pas une solution. Ce n’est qu’une façon, lâche, de se venger.

Mention spéciale à Dominique qui a quand même essayé d’expliquer à Fillion que la victime ne pouvait pas être coupable. Bel essai.

Rappelons que Fillion lui-même a déjà trempé dans une histoire de proxénitisme. C’est aussi quelqu’un ayant déjà affirmé que la « prostitution sous toutes ses formes, c’est pas si grave que ça ». On soupçonne toujours Radio X de faire du proxénitisme.

Ces propos sont inacceptables. Nous vous invitons à écrire un courriel aux annonceurs.

CHOI: La victime c’est un peu de sa faute si elle est morte

24 janvier 2019, Fillion avec Jean-François Fillion, Dominique Dumas, Laurence Gagnon et Gerry

12:44: JF- « Moi je suis pour la peine de mort (…)

DM- « Depuis sa sortie (…) Il avait remontré des signes de violence… »

JF- « Oui; parce qu’au spa… au salon de massage ils l’ont sacré dehors. Ils l’ont barré. La jeune fille a pris beaucoup de risques. »

DD- « L’appât du gain »

JF- « Là, on est sage avec la jeune fille, parce qu’elle est d’une beauté extrême (????) Si c’était une prostituée comme on voit habituellement, un peu plus maganée, on serait plus dur. »

DD- « Mais même à ça, ça demeure la victime là-dedans. »

JF- « Je comprends, mais ce qu’il faut retenir chez les gens qui sont là-dedans, ou n’importe quoi, quand toutes les lumières sont allumées, c’est pas 2000$ qui va te sécuriser »

(…)

JF- « Elle s’est dit: «ah, il s’est fait mettre dehors, il est violent, il a fait de la prison, l’histoire avec sa femme, mais c’est pas grave, c’est une bonne paie je vais y aller» (…) »

LG- « Elle le savait pas qu’il avait tué sa conjointe. Elle savait juste qu’il avait été rough avec d’autres filles au salon »

JF- « Oui, mais elle savait qu’il avait fait de la prison pour sa femme. Elle savait pas qu’il l’avait tuée. Elle savait… »

LG- « …qu’il avait fait de la prison pour violence »

(…)

JF- « Il y a deux affaires. Il y a un salaud qui n’aurait pas dû être en liberté mais il y a une victime qui n’a pas été prudente. Elle n’a pas écouté ses amis. Et s’est écouté pour une histoire d’argent. Parce que c’était de l’argent vite fait (…) Maudit criff que c’est jouer avec le feu x2. C’est terrible »

(…)

JF- « Moi je dis juste que (…) Quand vous savez que vous avez à faire tout seul avec quelqu’un qui a un passé, et qu’il y a des lumières d’allumées, allez-y pas. »

(…)

JF- « Elle… écoute elle a manqué de jugement. Ça c’est clair (…) »

JF- « C’est tout parti d’elle. Elle a dérogé de son… entre guillemets… plan d’affaire, elle savait pourquoi elle était dans un salon, que c’est plus sécure d’être, quand elle a vu que le gars s’est fait mettre dehors, elle l’a suivi à l’extérieur et elle n’a pas écouté (…) Son ami lui a dit: «va pas là, tu courres après le trouble» (…) Il y a des erreurs de sa part (…) Ça aurait pu être un client qu’elle n’a jamais vu (…) Mais là, elle avait des indices (…) »

(…)

JF- « Quand il y a des lumières qui allument, il faut partir à la course »

G- « Est-ce qu’une fille un peu plus vieille, un peu plus d’expérience? (…)

JF- « Elle a quand même 21, 22 ans (…) »

JF- « Il y a des pimps qui protègent leurs filles (…)

Puis Jeff Fillion dit que c’est à cause de la gauche que Marylène Lévesque est morte.

JF- « Je suis né dans ce monde-là, dirigé par la gogauche, le no fault, la deuxième chance (…) »

JF- « Elle s’est dit: «je vais aller le voir à l’extérieur». Califf de criff ! qu’est-ce qu’elle a pensé? (…) Elle aurait pu éviter sa mort… de par une décision, juste en disant, fuck le 2000$! puis je retourne chez nous, je vais aller voir mon chum. »

(…)

JF- « Je pense que les gens sont pour qu’on légalise les travailleuses du sexe, mais il va falloir plus d’argent et de ressources pour contrer la prostitution juvénile. »

2020.01.24-12h00-rx-fillion-meurtre-prostitution.mp3

L’avortement est un meurtre, selon Jeff Fillion

Capture d’écran de Radiox.com

Fillion affirme que l’avortement est un meurtre après le premier trimestre. Il a dit ça hier, le 5 juin, en ondes.

Maurais est aussi allé discrètement dans cette voie-là, en disant, le 16 mai, préférer la législation de la Géorgie à celle de l’Alabama « avec la notion du heartbeat » [battement de cœur].

La radio-poubelle a toujours parlé d’avortement. Par exemple, en 2012, Sylvain Bouchard proposait « d’aider les femmes qui veulent garder leur enfant »; en 2013, il parlait de la « souffrance des fœtus » et en 2014, qu’être « pro-choix c’est pro-avortement », pour finalement fantasmer sur l’imposition de restrictions, en 2015. En 2013, Jérôme Landry proposait aussi des limites et Maurais disait que des « bébés sont tués en CLSC », tout en pleurnichant de ne pas pouvoir parler d’avortement. En 2016, Fillion suggérait qu’il y avait trop d’interruptions de grossesses.

Mais c’est la première fois, depuis la fondation de la Coalition en 2012, au moins, qu’on a un discours aussi long, clair et violent au sujet du droit à l’avortement.

Le contexte a changé puisqu’avec l’élection de Donald Trump aux États-Unis, la droite morale, religieuse et réactionnaire a repris de la vigueur. Et on en subit les contrecoups.

Il y a 10 ans, ces populistes disaient s’intéresser à l’économie et dénigraient la droite morale. Aujourd’hui, les mêmes populistes baissent leurs masques et qu’est-ce qu’on retrouve? La même droite morale d’antan, la bonne vieille droite raciste et sexiste de grand-papa.

Constatons aussi que la radio-poubelle, Maxime Bernier et les groupes d’extrême-droite se sont tous mis à parler de ce sujet en même temps.

N’en déplaise aux populistes masculinistes, l’avortement est un droit. Ceux qui en font un amalgame avec un crime sont du même côté patriarcal de la domination et de la répression des droits des femmes depuis des millénaires.

Radio X: l’avortement un meurtre

4 juin 2019, Fillion, avec Jean-François Fillion, Laurence Gagnon, Dominique Dumas (00:19:37)

12h20: JF- « Avec ce qui se passe en Alabama et en Géorgie et on essaie d’importer le débat ici pour mettre dans les câbles Maxime Bernier et les conservateurs qui sont tombés dans le piège (en fait c’est la droite qui remet la question sur le tapis et c’est une députée du Bloc québécois qui a fait une motion) et il va utiliser les médias qu’il subventionne comme armée pour faire sa propagande (…)

DD- « Pour avoir le vote féminin. »

JF- « Exact! »

(…)

DD- « C’est un dossier qui est émotif et qui est impossible de jaser calmement. »

LG- « Quand tu prend le temps de lire la position de Maxime Bernier sur l’avortement, tu vois que c’est pas un gars qui veut abolir (…) quand le bébé est rendu au troisième trimestre… »

JF- « Merci! »

LG- « C’est un être humain »

Puis Fillion déplore que lorsqu’une femme enceinte est assassinée, le tueur ne peut pas être accusé de deux meurtres #VivelEtat

JF- « On a une jeune fille, on lit entre les lignes c’est une très jeune fille (…) Elle décide tard de ne pas avoir d’enfant (…) Elle décide de mettre un terme à la grossesse (…) Je veux pas l’enlever le choix aux femmes, là. Quand c’est fait la 10e, la 11e, la 13e semaine (Ça c’est le premier trimestre en passant). Un moment donné, il y a une fenêtre on peut plus! D’ailleurs il y a des endroits, non ! non ! rendu là, faut que tu mettes à terme, (des endroits avec un gros gouvernemaman). On va le mettre en adoption. Mais là, tu as un enfant. Au Québec, on fait ce genre d’intervention là (…) »

JF- « Cette fille, une Canadienne (…) la procédure est la suivante, elle est rendue à la 24e semaine… »

DD- « À 24, sont viables »

JF- « À 23 semaines, sont viables »

LG- « À 24, tu les sens. Ça donne des coups de pied, ça bouge »

JF- « C’est autour d’une livre et quart, une livre et demie »

(…)

LG- « À 20 semaines, sont considérés viables (…) »

(…)

JF- « Ils donnent une pilule (…) c’est pour donner un arrêt cardiaque au bébé. »

LG- « Ah! Pour qu’ils l’accouchent mort »

JF- « Attends un peu, c’est pas fini. Elle est à l’hôtel. En soirée, elle a des saignements et des douleurs (…) La jeune femme accouche du bébé et là, elle se met à brailler et elle crie que là, elle veut garder le bébé. Et c’est pas possible à cause du médicament… »

LG- « Ils l’ont tué, c’est sûr qu’elle pouvait pas le garder »

(…)

JF- « De savoir qu’on a un système qui tue des enfants avec un arrêt cardiaque provoqué, moi excusez-moi, je débarque (…) Pour moi c’est un meurtre. »

(…)

DD- « La motion que le Bloc a voulu faire passer et on blâmait les conservateurs de pas avoir voté pour ça, c’était une motion qui disait que les femmes pouvaient se faire avorter peu importe la raison. »

JF- « Bien c’est ça, chez la gauche, eux autres ils veulent qu’on avorte le jour avant la date prévue de naissance. Faut pas oublier qu’avec les changements climatiques, ils disent qu’il ne faut pas faire d’enfants. C’est la même gang. Ils ont aucun respect pour la vie. Ils sont complètement crackpots, ce monde-là. Complètement malades (…) »

JF- « J’ai commencé à changer d’opinion quand quelqu’un m’a dit au centre des naissances ou je sais pas trop quoi (#TémoignageInventé), ça a un peu changé, ça s’est amélioré, c’était pas loin de 40,000 avortements sur 80,000 naissances. My god qu’est-ce qui se passe? Ouais, beaucoup de gens qui ne font pas attention. C’est rendu un moyen de contraception » (en 2003, on pratiquait 26 997 avortements au Québec, le chiffre le plus haut depuis 14 ans. Alors le chiffre de Fillion est farfelu…) »

(…)

JF- « C’est toujours bien une vie humaine, à 16, 17 semaines (…) »

une-femme-doit-pouvoir-choisir-mais-un-avortement-au-3e-trimestre-cest-un-meurtre_2019-06-04.mp3

Fillion adore Infowars comme le tueur de la mosquée

Dans l’extrait suivant, Fillion révèle qu’il suit avec intérêt Joseph Watson, collaborateur d’Infowars. C’est une de ses sources d’information.

Infowars est un média « alt-right » de fakenews et de théories de la conspiration animé par Alex Jones qui vient d’être banni de plusieurs réseaux sociaux en raison de ses propos.

Infowars et Watson sont aussi des sources du tueur de la mosquée de Québec.

Watson a rejoint récemment le parti politique britannique UKIP « Le parti, d’inspiration nationaliste, est régulièrement accusé par ses détracteurs de dérives racistes et islamophobes », peut-on lire sur Wikipédia.

Mark Zuckerberg met ses culottes pour bannir l’extrême-droite raciste de Facebook. Quand est-ce que le CRTC va chasser l’extrême-droite raciste de notre propriété collective, les ondes radios?

CHOI: Alex Jones banni de Facebook, Fillion réagit

3 mai 2019, Fillion, avec Jean-Francois Fillion, Laurence Gagnon et Dominique Dumas

13h45- LG: « Facebook a banni officiellement des gens de son réseau social; Alex Jones est officiellement banni à vie parce qu’il est dangereux, et aussi Louis Farrakhan, lui, ils disent que c’est un extrême-droite (…) Lui, il disait qu’Hitler c’est un bon monsieur (…) « 

JF: « Ils peuvent faire ce qu’ils veulent (…) Mais le problème de ça… Ouais, Alex Jones ok, parfait, moi je suis Watson, ce qui donne beaucoup d’infos sur Infowars, qui est une machine de contenu. Si c’était un dangereux, je peux vous dire une chose: je le suivrais pas. là. Mais j’ai trouvé le Hamas sur Facebook! (…)

fillion_2019-05-03-13h45-watson-infowars.mp3

Deuxième bain en CHSLD: Fillion propose l’abolition de l’assurance-emploi et le travail forcé

Jeff Fillion

Le gouvernement offre un seul bain par semaine aux personnes agées dans les CHSLD de la Capitale-Nationale alors qu’il en avait promis deux. La solution de Fillion?

Abolir l’assurance-emploi (et, si on sait lire entre les lignes, l’aide sociale et les pensions) pour forcer les gens à aller donner des bains aux personnes âgées.

Fillion a l’air de penser que des gens ont inventé l’assurance-emploi par charité chrétienne. Ce n’est pas le cas du tout. C’est un acquis obtenu chèrement par le sang et la sueur du monde ordinaire. Ceux sur lesquels Fillion crache chaque jour.

Il parait que le populisme c’est d’offrir des solutions simples à des problèmes compliqués. Alors, on en a une solution simple aussi.

L’évasion fiscale au Canada, ça représente 353 milliards $ au Canada. Alors Fillion et ses amis du 1% ont juste à payer leurs taxes et impôts, comme tout le monde. Miracle, on pourra offrir un bain par jour à toutes les personnes placées en CHSLD!

L’utilisation du terme « BS » est discriminatoire et contraire à la déontologie, vous pouvez porter plainte au CCNR, au CPQ et/ou écrire une lettre aux annonceurs

CHOI: abolir l’assurance-emploi et forcer le monde à travailler

30 avril 2019, Fillion, avec Jean-Francois Fillion et Dominique Dumas

13h45 – La discussion commence à propos du deuxième bain par semaine dans les CHSLD.

JF- « Y a tu des gens qui ont pris leur retraite à 55 ans et qui manquent d’activité? Il y en a plein. Avant de tomber dans ceux-là, est-ce qu’il y a des BS à Québec qui sont capables de travailler, oui y en a. Est-ce qu’il y a des gens sur le chômage en train de checker tel job mais qui refusent à cause de telle ou telle affaire? Un moment donné, va falloir que tout le monde participe.

Il y a des choses qu’on a données à des gens dans le temps, une sécurité financière dans une certaine mesure, et aujourd’hui, là, on n’a plus besoin de ça. Il y a tellement de jobs de disponibles en raison du vieillissement de la population que ces programmes-là, on n’en a plus besoin! (…)

L’assurance-chômage, on n’a plus besoin de ça. Demain matin, quelqu’un perd sa job, des jobs il y en a plein (…) le fait de ne pas forcer les gens à travailler pour avoir quelque chose fait en sorte, qu’en ce moment, bien nos vieux en paient le prix. Il y a des gens qu’on paie à ne rien faire (…) Si on motivait les BS (…) Si on leur donnait un indicatif. »

fillion_2019-04-30-13h45-travail-force.mp3

« Le bien être social on va mettre un stop à ça » -Elvis Gratton