Archives du mot-clé Éric Duhaime

Boilard et Duhaime à la défense des tweets racistes de Trump

Le 14 juillet, Trump écrit sur Twitter que quatre élues démocrates racisées devraient retourner dans leur pays « complètement brisé et infesté par le crime ». Trois d’entre elles sont nées aux États-Unis.

Ça fait plus de deux semaines que c’est arrivé mais, malgré tout, Marc Boilard décide de faire sa chronique là-dessus.

Pour résumer cette chronique bâclée et grossière: il y a de la discrimination partout et nulle part en même temps. Mais une chose est certaine: Trump n’est pas raciste.

Pourquoi? Parce qu’il n’a pas employé le mot « inférieur »!

Trump présume que les quatre élues ne sont pas nées aux États-Unis parce qu’elles ne sont pas blanches. Il présume aussi que le lieu de naissance qu’il leur prête est infesté de crimes. Pourquoi en serait-il autrement puisque tous les pays hors États-Unis seraient aussi, selon lui, infestés de crimes?

Mais dire ça n’est pas raciste, selon Boilard.

Dire à quelqu’un que le pays où il est né est un pays de merde serait ainsi complètement différent que de dire qu’il est inférieur.

Pourtant ça signifie forcément que « notre » pays serait meilleur, et donc supérieur à l’autre. Il y a une relation de pouvoir inéquitable avantageant la personne croyant vivre dans un « pays supérieur ».

En réalité, le racisme c’est beaucoup plus large que la définition très étroite de Duhaime et Boilard.

Le Grand dictionnaire définit le racisme ainsi

« Théorie d’une hiérarchisation des groupes ethniques exprimée par un rapport de domination et d’oppression d’un groupe social caractérisé par une supposée origine biologique commune.

granddictionnaire.com

Et Boilard de s’enfoncer en disant que Trump a gagné à cause des critiques méchantes de ses adversaires et qu’en communication ça ne marche pas.

Pauvre Boilard, c’est Donald champion-de-l’insulte Trump qui est devenu le président.

On note que Yannick Marceau de Radio X avait aussi défendu les tweets racistes le 17 juillet.

Boilard fait plusieurs erreurs factuelles dans sa chronique, vous pouvez donc porter plainte au CCNR, au CPQ pour fakenews et/ou écrire un courriel aux annonceurs.

93.3: Trump pas raciste

30 juillet 2019, Le retour d’Éric Duhaime, avec Éric Duhaime et Marc Boilard

16h50- ED: « Donald Trump, moi je le crois quand il dit qu’il est pas raciste (…) »

MB: « Techniquement ce qu’il a dit ce n’est pas raciste. Il a dit: il y a 4 élues qui sont d’origines… il y en a 3 qui sont nées aux États-Unis, donc qui sont totale américaines selon le sens d’être un Américain (lol), il y en a 4 qui sont d’origine euh hors sol États-Unis (faux, 3 femmes sur 4 sont nées aux États-Unis). Il a dit: moi je trouve que ces 4 femmes (…) ont une façon de voir les États-Unis qui est anti-américaine selon la définition (?) et à cause de ça pourquoi ils retourneraient pas dans leur pays faire cette job là ailleurs. »

ED: « …Pourquoi ils vont pas dans leur pays d’origine ou le pays d’origine de leurs parents (Trump n’a jamais dit ça) s’ils sont si critiques de l’Amérique. »

MB:  » Où est-ce que, dans ce discours-là, il dit: parce que vous venez de là-bas je trouve que vous êtes inférieures. »

ED: « Bien non, il a jamais dit ça. »

MB: « Bon, voilà. »

ED: « Le racisme, c’est ça, ce n’est pas de dire à quelqu’un: va vivre dans un pays X plutôt que Y. »

MB: « Je suis bien d’accord. Sauf qu’essaye de défendre ça, c’est carrément impossible (LOL) (…) »

ED: « Et il a pas dit que les Noirs étaient inférieurs. Jamais, jamais qu’il a dit ça. »

MB: « On a dit encore que ce qu’il a dit sur le maire de Baltimore, c’était raciste. Parce qu’il a fait une critique de sa ville… »

ED: « … c’était un trou à rats »

MB: « Il vient du fait que le gars est noir. Il vient du fait que eux autres… et qu’automatiquement, une critique, en englobe tout de ça (?!?) »

(long pleurnichage de Duhaime sur les pailles en papier on s’épargne le verbatim)

MB: « Si les démocrates veulent gagner, un moment donné il va falloir qu’ils soient un peu moins puristes que d’habitude (…) »

MB: « Ce qui a fait élire Donald Trump, c’est tous ceux qui l’haïssaient en disant: c’est un clown ridicule (Contredisant ce qu’il vient juste de dire) c’est pour un principe en communication en plus c’est une banalité Éric! C’est que si je fais juste te crier des noms, c’est impossible que tu changes d’idée (Donald Trump est le champion de l’insulte) (…) »

ED: « C’est facile de faire… Moi-même je le fais. Tu trouves un qualificatif très péjoratif, très négatif, et tu vas l’accoler à celui avec qui tu n’es pas d’accord. On fait tous ça dans des débats. »

MB: « Bien, non, je trouve pas… quand est-ce que tu fais ça (LOL) »

chef_boilard_dit_30_juillet_2019-racisme.mp3

Le virage identitaire de la droite économique

Cette semaine Éric Duhaime a fait cette surprenante déclaration: les deux points les plus importants en politique seraient

  1. l’économie
  2. l’identité

Pourtant, en 2010, Duhaime co-fondait le Réseau liberté Québec, un mouvement soi-disant « grassroots » (un buzzword à l’époque du Tea party) tentant de mobiliser la droite économique.

Le RLQ mobilisait les mêmes personnes que vous voyez toujours autant dans les médias aujourd’hui:

  • Éric Duhaime
  • Maxime Bernier
  • Ezra Levant
  • Gérard Deltell
  • Jacques Brassard
  • L’institut Fraser
  • Le Journal de Québec

…et ainsi de suite

Sur l’image en en-tête vous pouvez voir les thèmes chers au RLQ. Leur obsession, c’était la dette, la dette et encore la dette. À les entendre, le Québec était à un cheveux de tomber dans un atroce gouffre financier.

Aujourd’hui, chez ces mêmes personnes, le discours a changé. Depuis combien de temps n’avons-nous pas entendu les cris perçants du péril de LA DETTE?

Ces personnes (on n’utilise plus le terme « libertariens » mais plutôt « populistes ») ont réalisé un virage identitaire. Désormais, la priorité c’est de taper sur les minorités tout en se flattant l’orgeuil national.

De froids calculs de comptable, ils ont préféré la chaleur des bonnes vieilles recettes d’antan de la droite traditionnelle, raciste, sexiste et réactionnaire.

Un virage opportuniste vers le populisme, une recette éprouvée pour gagner le pouvoir.

Le Journal de Montréal suspend un chroniqueur louche après qu’il ait été dénoncé par Xavier Camus

Patrice-Hans Perrier vient d’être suspendu par le Journal de Montréal suite à une dénonciation du blogueur antiraciste Xavier Camus.

Perrier est un collaborateur de l’antisémite Alain Soral, qui vient d’être condamné un an de prison en France. Non seulement PHP braille sa vie en entrevue avec Éric Duhaime, mais en plus il nous fait le plaisir de tenter de nous expliquer le concept cher à l’extrême-droite, le « marxisme culturel ».

FM93 : Patrice-Hans Perrier explique le « marxisme culturel »

23 avril 2019, Duhaime en parle, avec Éric Duhaime et Patrice-Hans Perrier

16h30: ED- Xavier Camus « moi à l’époque, et Myriam, il avait tenté de dire qu’on étaient membres de la Meute (not) parce qu’on suivaient ce groupe-là (…) »

ED- « Tu viens d’être suspendu au niveau de tes collaborations pour le blogue du Journal »

PHP- « J’étais en négociation informelle avec le Journal de Montréal à l’effet d’occuper une chronique permanente parmi les blogueurs (…) » et suite à une publication de Xavier Camus « le Journal a décidé de suspendre ma collaboration le temps d’investiguer sur ma carrière et mes idées, chose que je ne puis comprendre (…) »

PHP- « Je suis un penseur (…) Je critique le marxisme culturel, et là, Camus m’accuse d’être un complotiste, quelqu’un qui a des troubles de l’esprit (not, ce n’est pas ce que Camus dit), mais le marxisme culturel existe bel et bien et j’aimerais aider tes auditeurs à se faire une tête là-dessus. Ce sont des idées qui sont apparues en France d’abord sous la houlette de Charles Foucault (en fait, il veut dire probablement un certain Michel Foucault) (…) »

PHP- Le marxisme culturel « Ça dit que, puisque on n’a pas pu mener la révolution bolchévique à bien, sous Lénine et Staline et consorts, on va se reprendre dans les années 50 et 60, et on va mener une guerre culturelle. Et il faut briser tous les codes. Les codes du langage, les codes de la famille… La tradition. »

PHP- « Et c’est pourquoi la théorie du genre c’est le code architectural de tout ça. Vois-tu? Et de spécifier qu’il n’y a plus d’identité de genre. C’est une création bourgeoise. »

PHP- « On m’associe à la Fédération des Québécois de Souche tout simplement parce que je les ai cités (…) groupe néo-nazi fondé par Maxime Fiset (…) C’est de la diffamation extraordinairement violente (…) et je vais saisir la justice de cette affaire »

patrice_hans_perrier_23avril19-duhaime.mp3

Pétition sur le crucifix: Duhaime sert un double discours

Au sujet de la pétition de Duhaime sur la protection du crucifix, « C’est une démarche sincère et cohérente » a dit Jasmin Lemieux-Lefebvre, porte-parole de l’Église catholique de Québec, en entrevue avec Duhaime aujourd’hui. Jasmin est un intervenant régulier de l’émission.

Pourtant, Duhaime lui a servi un discours complètement différent de ce qu’il disait plus tôt vendredi, jour du lancement de la pétition.

En effet, il affirmait alors que de conserver le crucifix à l’Assemblée nationale était la meilleure façon d’empêcher les progrès de l’islam. Un peu comme les croix effrayant les vampires dans les vieux films d’horreur.

Aujourd’hui, il servait plutôt la soupe de la protection du patrimoine au porte-parole de l’église catholique.

S’il y a bien une chose qu’Éric Duhaime n’est pas, c’est « sincère et cohérent ».