Archives du mot-clé Gerry

Il faut se passer le virus plutôt que le vaccin, selon Fillion

Jeff Fillion

La gauche veut donner la santé à tous

La droite veut donner le virus à tous

Tout le monde est heureux de l’arrivée prochaine d’un vaccin?

Non.

Fillion dit que la gestion du vaccin au Québec sera catastrophique, alors il faut tout de suite «laisser les jeunes se passer le virus». C’est la «stratégie» de l’immunité collective. Ça fait des mois que Radio X matraque cette ligne.

Mais pourquoi promouvoir une méthode qui provoquerait des milliers de morts alors qu’un vaccin est sur le point d’arriver?

L’immunité collective n’a été prônée dans aucun pays dans le monde. Ce n’était même pas l’intention du pays modèle de Fillion, la Suède. De toutes façons, la récente remontée spectaculaire des cas en Suède démontre qu’il n’y a pas d’immunité au virus dans la population.

Image

Bref, l’immunité collective ne fonctionne pas.

À moins que l’objectif ne soit pas de sauver tout le monde, mais seulement «la population active» comme le dit si bien Ian Sénéchal. Ou de se débarrasser des «retraités qui ont des pensions», comme dit Jérôme Blanchet-Gravel. #eugénisme

Vous êtes discrets avec ça, les boys, mais on a quand même compris votre plan.

CHOI: L’immunité collective

13 novembre 2020, Fillion, avec Jean-François Fillion, François Gariépy et Gerry

JF- « On peut le pogner aussi, là. Si on veut une immunité collective. On peut sortir un peu plus de la maison et on peut peut-être commencer, les jeunes entre autres (…) On peut les laisser se le passer tranquillement. Au lieu de capoter chaque fois que quelqu’un le pogne dans une classe (Et le personnel de l’école? Les parents?) (…) Il y a peut-être quelque chose qu’on peut faire pour arriver au même résultat rapidement (lol)… Peut-être pas en une semaine, ça prend plusieurs semaines. À force de se cacher, on se nuit. On va compter sur le vaccin comme solution miracle. Il y a des gens sur Twitter, hashtag le vaccin, vous allez faire le saut d’après moi ça va être beaucoup plus compliqué. Et je vous annonce une affaire, il y a des endroits où ça va bien aller, il y a d’autres endroits où ça va être le bordel, et je sais dans quel endroit on va être. »

FG- « C’est un beau message d’espoir que tu nous envoies Jeff. »

rx-2020.11.13-fillion-se-passer-le-virus-plutot-que-le-vaccin.mp3

Les Indiens vivant dans les poubelles avec des singes développent des anticorps, selon Jeff Fillion et Pierre Couture

Ça ne volait déjà pas haut au niveau de l’actualité internationale mais là, on atteint le fond.

Jeff Fillion discute de la covid19 avec son nouveau chroniqueur économique Pierre Couture. Fillion bifurque pour parler de l’Inde. S’ensuit des préjugés racistes et méprisants sur les pauvres et les Indiens.

D’abord Fillion avance que la covid 19 ne cause pas de victimes en Inde alors qu’ils ne pratiquent pas le confinement.

C’est faux. L’Inde a adopté un système de confinement parmi les plus stricts au monde.

Ensuite Gerry ajoute que la proximité des ordures endurciraient les enfants et serait bonne pour développer des anticorps.

Cette information est, au mieux, vaseuse, au pire, dangereuse. Ensuite, elle présume quoi? Qu’une majorité d’enfants indiens vivent dans les ordures?

Et mention spéciale à Pierre Couture qui met une petite touche raciste à l’ensemble.

En réponse, vous pouvez porter plainte au CCNR ou au CPQ et écrire une lettre aux annonceurs.

CHOI: en Inde les gens vivent avec des singes

13 mai 2020, Fillion avec Jean-François Fillion, Gerry et Pierre Couture

12h50: JF- « J’ai vu les chiffres de l’Inde (…) Tsé, ça ressemble un peu, Gerry, au Brésil, là où ce qu’ils restent un par-dessus l’autre (…) En Inde, c’est ça là. Ils sont empilés un à côté de l’autre. Ils vivent 7-8 dans une cabane, le toit est fait avec une toile en plastique. »

PC- « Il y a des singes à travers ça… »

JF- « (…) Ils ont deux décès par million. Il y a zéro distanciation sociale, zéro. Il n’y a pas de confinement plus qu’il faut. Il y a rien et y a pas de morts. On s’entend que le virus est là! »

G- « Tsé, quand tu vis dans une dompe. On s’entend-tu que tes anticorps… ils travaillent pas mal (…) Tsé, les enfants qui vivent… leur job c’est de fouiller dans les vidanges (…) Ils développent des anticorps. »

rx-2020.05.13-fillion-couture-inde-singe.mp3

Les étranges, ça pue, selon Fillion

Jeff Fillion

Dans cet extrait, Jeff Fillion fait part de son aversion pour les odeurs corporelles désagréables.

Pas de problème… jusqu’à ce qu’il explique que c’est un problème chez les immigrants qui peuvent sentir mauvais pour « des raisons culturelles » (???) et qu’on devrait leur faire prendre une douche avant de les amener à la cabane à sucre.

En tout cas, le boss de Radio X, Philippe Lefebvre, devait avoir vraiment honte parce qu’il a retiré l’audio de l’émission du 25 février du site internet.

Nous vous invitons à écrire un courriel aux annonceurs.

CHOI: Les étranges, ça pue

25 février 2020, Fillion avec Jean-François Fillion, Dominic Dumas, Laurence Gagnon et Gerry

11h45: « My god, j’ai manqué m’évanouir dans les dernières minutes (…) Moi je peux pas fonctionner dans un environnement de travail ou y a un individu ou deux ou trois qui, soit pour des raisons culturelles, soit pour du laisser-aller qui sentent ce que je viens de sentir là (…) La peinture lève (…) J’ai manqué vomir dans le couloir (…) Je suis très, très, sensible aux senteurs de même. »

(…)

« Je sais que dans le contexte où il y a de plus en plus de gens qui arrivent de partout, puis qu’on n’a pas la même culture, tsé, avant de les amener manger des affaires qu’on mange, avant de les amener à la cabane à sucre, je pense que ça, c’est plus important. Pour moi, c’est plus important que la langue. Parce que ça a un impact direct sur le confort des autres. Tu peux pas niaiser avec ça. Ça pue la marde. »

rx-25-fev-11h45-fillion-odeurs.mp3

Meurtre dans un hôtel de Sainte-Foy: Fillion blâme la victime

Un coup de crayon d’Alex Fatta

Mercredi dernier une jeune femme de 22 ans, Marylène Lévesque, est assassinée dans un hôtel. L’agresseur, 51 ans, est un tueur récidiviste. Il avait promis à Mme Lévesque 2000$ en échange de services sexuels.

Dans l’extrait audio ci-bas, Jeff Fillion commente, passant environ 2 minutes à parler du tueur et consacrant les 16 minutes restantes à critiquer le comportement de la victime alors que son cadavre est encore chaud.

Fillion résume bien sa position dans une phrase: « Il y a un salaud qui n’aurait pas dû être en liberté, mais il y a une victime qui n’a pas été prudente. »

Le tueur et l’assassinée seraient ainsi coupables au même titre. En fait non, la morte est d’avantage coupable, selon Jeff Fillion, puisqu’elle récolte l’essentiel des critiques.

C’est une posture traditionnelle de la radio-poubelle: la victime est coupable. Quand des survivantes dénoncent le prédateur sexuel Harvey Weinstein, Fillion blâme les femmes pour en avoir profité et pour « ne pas avoir de bonnes valeurs ». Quand des femmes sont agressées à l’Université Laval, Fillion fustige la « prise de contrôle des femmes dans la société ».

Et suite à l’opération Scorpion en 2003, Fillion s’en prendra à Geneviève Quinty, responsable au Projet intervention prostitution Québec (PIPQ). Celle-ci lui réclamera 100 000 $ pour avoir tenu des propos offensants sur son orientation sexuelle (elle est lesbienne) et sur sa compétence professionnelle.

Fillion commence son sermon en réclamant la peine de mort pour le tueur.

Mais peine de mort ou pas, ça n’aurait pas empêché le crime de se produire. Ce n’est pas une solution. Ce n’est qu’une façon, lâche, de se venger.

Mention spéciale à Dominique qui a quand même essayé d’expliquer à Fillion que la victime ne pouvait pas être coupable. Bel essai.

Rappelons que Fillion lui-même a déjà trempé dans une histoire de proxénitisme. C’est aussi quelqu’un ayant déjà affirmé que la « prostitution sous toutes ses formes, c’est pas si grave que ça ». On soupçonne toujours Radio X de faire du proxénitisme.

Ces propos sont inacceptables. Nous vous invitons à écrire un courriel aux annonceurs.

CHOI: La victime c’est un peu de sa faute si elle est morte

24 janvier 2019, Fillion avec Jean-François Fillion, Dominique Dumas, Laurence Gagnon et Gerry

12:44: JF- « Moi je suis pour la peine de mort (…)

DM- « Depuis sa sortie (…) Il avait remontré des signes de violence… »

JF- « Oui; parce qu’au spa… au salon de massage ils l’ont sacré dehors. Ils l’ont barré. La jeune fille a pris beaucoup de risques. »

DD- « L’appât du gain »

JF- « Là, on est sage avec la jeune fille, parce qu’elle est d’une beauté extrême (????) Si c’était une prostituée comme on voit habituellement, un peu plus maganée, on serait plus dur. »

DD- « Mais même à ça, ça demeure la victime là-dedans. »

JF- « Je comprends, mais ce qu’il faut retenir chez les gens qui sont là-dedans, ou n’importe quoi, quand toutes les lumières sont allumées, c’est pas 2000$ qui va te sécuriser »

(…)

JF- « Elle s’est dit: «ah, il s’est fait mettre dehors, il est violent, il a fait de la prison, l’histoire avec sa femme, mais c’est pas grave, c’est une bonne paie je vais y aller» (…) »

LG- « Elle le savait pas qu’il avait tué sa conjointe. Elle savait juste qu’il avait été rough avec d’autres filles au salon »

JF- « Oui, mais elle savait qu’il avait fait de la prison pour sa femme. Elle savait pas qu’il l’avait tuée. Elle savait… »

LG- « …qu’il avait fait de la prison pour violence »

(…)

JF- « Il y a deux affaires. Il y a un salaud qui n’aurait pas dû être en liberté mais il y a une victime qui n’a pas été prudente. Elle n’a pas écouté ses amis. Et s’est écouté pour une histoire d’argent. Parce que c’était de l’argent vite fait (…) Maudit criff que c’est jouer avec le feu x2. C’est terrible »

(…)

JF- « Moi je dis juste que (…) Quand vous savez que vous avez à faire tout seul avec quelqu’un qui a un passé, et qu’il y a des lumières d’allumées, allez-y pas. »

(…)

JF- « Elle… écoute elle a manqué de jugement. Ça c’est clair (…) »

JF- « C’est tout parti d’elle. Elle a dérogé de son… entre guillemets… plan d’affaire, elle savait pourquoi elle était dans un salon, que c’est plus sécure d’être, quand elle a vu que le gars s’est fait mettre dehors, elle l’a suivi à l’extérieur et elle n’a pas écouté (…) Son ami lui a dit: «va pas là, tu courres après le trouble» (…) Il y a des erreurs de sa part (…) Ça aurait pu être un client qu’elle n’a jamais vu (…) Mais là, elle avait des indices (…) »

(…)

JF- « Quand il y a des lumières qui allument, il faut partir à la course »

G- « Est-ce qu’une fille un peu plus vieille, un peu plus d’expérience? (…)

JF- « Elle a quand même 21, 22 ans (…) »

JF- « Il y a des pimps qui protègent leurs filles (…)

Puis Jeff Fillion dit que c’est à cause de la gauche que Marylène Lévesque est morte.

JF- « Je suis né dans ce monde-là, dirigé par la gogauche, le no fault, la deuxième chance (…) »

JF- « Elle s’est dit: «je vais aller le voir à l’extérieur». Califf de criff ! qu’est-ce qu’elle a pensé? (…) Elle aurait pu éviter sa mort… de par une décision, juste en disant, fuck le 2000$! puis je retourne chez nous, je vais aller voir mon chum. »

(…)

JF- « Je pense que les gens sont pour qu’on légalise les travailleuses du sexe, mais il va falloir plus d’argent et de ressources pour contrer la prostitution juvénile. »

2020.01.24-12h00-rx-fillion-meurtre-prostitution.mp3

Fillion trouve que Trudeau a les « poignets cassés »

Jeff Fillion

Jeff Fillion fait quelques commentaires racistes sur les Chinois « qui ne seront jamais nos chums », et sort les clichés homophobes sur Justin Trudeau qui a, selon lui, « les poignets cassés » et fréquente beaucoup trop les drag queens et les défilés gais.

CHOI: les Chinois et la virilité de Trudeau

27 juin 2019, Fillion, avec Jean-François Fillion, Laurence Gagnon, Gerry

12h45: JF- « Les Chinois c’est pas nos chums. Ils ne seront jamais nos chums (…) »

JF- « Justin Trudeau, les gens (les membres de ma secte) se demandent pourquoi il a de la misère de même à prendre une photo avec le président américain. Pourquoi il a les pattes de même, pourquoi il a les poignets cassés de même. Il y a un malaise. Il le sait qu’il a pas d’affaire là (…) Il le sait, au fond, qu’il n’a pas ce qu’il faut. Par contre, quand il va, après, voir la drag queen, quand on le voit dans les parades gaies, on voit que notre homme, là, il est dans sa business (…)

JF- « Mais quand il est en business avec des leaders forts. Ce qu’on appelle les alphas… »

G- « T’sais, Poutine, on s’entend-tu que c’est un alpha. »

JF- « Oui! »

G- « Euh… Trump c’est un alpha. »

JF- « Oui! »

G- « Quand tu t’assoies avec eux puis tu jases… »

JF- « Tu peux pas avoir de poignets cassés! La jambe par-dessus de même. Même sa femme ne se tient pas de même (…) Les gens disent: coudonc, il est tu efféminé? Il y a tu quelque chose d’autre qu’on sait pas? Non, c’est juste quelqu’un qui sait au fond de lui qu’il est fake (…)

JF- « On le sait que les producteurs de porc sont dans la marde avec la Chine. C’est tout relié à la politicaillerie qui a été mal menée par Trudeau à cause de la dirigeante de Huawey qui s’est fait arrêtée à Vancouver (en réalité elle l’a été à la demande des États-Unis de Trump) bien sacrament, Trudeau a du temps pour aller passer une heure et demie pour rencontrer une drag queen pour nous montrer qu’il est inclusif (…) Et Trudeau est obligé de demander à Trump de l’aider… »

LG- « Dominant dominé! (bravo, bon chien, Laurence, tu es une personne vraiment indispensable du cirque) »

fillion_2019-06-27-12h15-poignets-casses.mp3