Archives du mot-clé Jérôme Landry

Rapport Payette: la liberté et les journalistes, le grand malentendu

payette

Les réactions des journalistes au rapport Payette sont fort instructives. On en apprend beaucoup sur les journalistes eux-mêmes et sur leur relation à leur métier.

On doit saluer Madame Payette. Son rapport, aussi imparfait soit-il, a suscité l’intérêt nécessaire pour nous approcher le plus près possible, après un déni de plusieurs années, d’un vrai débat sur la radio-poubelle. Tout ça, avec les risques que l’on sait.

Nous avons retrouvé 12 textes d’opinion sur le rapport Payette. Ils sont répertoriés plus bas. Il en manque peut-être. Si on ajoute la radio et la télé, ça fait beaucoup. Un gros pavé dans la mare.

Plusieurs ne font que critiquer le rapport ou attaquent Dominique Payette personnellement. C’est le cas de Michel Hébert, Gilles Proulx, Yves Boisvert, Mario Asselin et Jérôme Landry.

Quelques journalistes sont malhonnêtes, écrivant leur chronique tout en empochant un chèque de la radio-poubelle. C’est le cas de Richard Martineau et de Sophie Durocher. Ces gens-là piétinent leur code de déontologie sans scrupule. Ils s’en foutent! Félicitons Mario Asselin et Stéphane Baillargeon qui, eux, ont au moins admis leur conflit d’intérêt.

D’autres sont à côté de la plaque. Ils n’ont rien compris. Ceux-là démontrent leur ignorance du sujet qu’ils prétendent éclairer. Je pense à Stéphane Baillargeon, Jean-François Vallée (il n’est pas journaliste) et Mario Asselin. Ce texte leur est dédié.

Baillargeon déplore une radio diffusant de la « démagogie populiste qui vomit sur tout et rien dans une langue dégradée et avilie (…) des béotiens incultes, perclus de ressentiments ». M. Asselin déplore des « traces d’incivilité » dans le discours d’Arthur. Jean-François Vallée, un des rares à défendre le rapport, déplore l’uniformité du discours de droite de la radio-poubelle et sa vulgarité.

C’est peut-être vrai, mais si ce n’était que ça, la Coalition sortons les radio-poubelles n’existerait pas, et 83 organismes ne feraient pas circuler une pétition pour des ondes saines.

Le problème c’est que cette radio désinforme, matraque de la propagande et piétine la déontologie. Elle cible des boucs-émissaires pour tous les problèmes de la terre: les cyclistes, les gauchistes, les femmes, les musulmans, les étudiants, les gens sur l’aide sociale et j’en passe. Le problème, et c’est la seule chose qui importe, c’est que cette radio est sexiste, homophobe, raciste, anti-pauvre et anti-journalistique.

Les journalistes respectables refusent d’utiliser ces gros mots. C’est trop cru? Trop vrai?

À moins qu’ils ne voient tout simplement pas le problème?

Et là, on touche à quelque chose. Qu’est-ce qu’ont en commun presque tous ces journalistes? Ils sont des hommes blancs. Et ils ont une position privilégiée de chroniqueur. Que savent-ils de la réalité d’une femme musulmane par exemple? Quand on est un homme, on ignore toutes ces petites vexations quotidiennes dont sont victimes les femmes.

Ce qui semble prouver ce point, c’est qu’une des rares à avoir fait des commentaires pertinents sur le rapport Payette, c’est Judith Lussier, une femme, qui critique le rapport tout en soulignant que le machisme omniprésent à la radio (privée ou publique) est un problème grave.

Autre chose. En dénonçant le rapport, n’est-ce pas avant tout à leurs propres privilèges que s’accrochent les journalistes? Est-ce que l’idée d’être forcés de respecter le code de déontologie de leur métier les répugne? Est-ce que l’impunité dans laquelle ils opèrent les satisfait pleinement?

Cette même impunité qui permet à Arthur de rire et de traiter de « couillonne » Caroline Simard, la victime d’un attouchement sexuel? Cette impunité qui permet aux islamophobes et aux climato-sceptiques de parler avec l’aura de respectabilité qui baigne naturellement les scientifiques? Cette impunité qui leur permet d’attiser la haine des automobilistes sur Henri IV envers les chauffeurs d’autobus, ainsi que celle des policiers envers les manifestants?

Si c’est cette liberté que les journalistes défendent, la situation est à la fois dramatique et triste. Car elle va à l’encontre de la liberté d’expression. Elle appuie l’arbitraire, la violence et les privilèges des puissants contre les plus faibles. Et tout ça, en travestissant le beau mot de « liberté ». L’incompréhension, l’ignorance et la bêtise auraient vraiment grugé la profession de journaliste jusqu’à l’os.

Les journalistes peuvent-ils encore se ressaisir? Peuvent-ils enfin se faire à l’idée que défendre la liberté d’expression, c’est aussi s’assurer que le maximum de gens, de toutes origines et de diverses classes sociales, puissent s’exprimer et débattre dans un climat sain, dépourvu de violence et d’intimidation?

Remarquez que les seules autres interventions pertinentes dans le débat proviennent des humoristes Olivier Niquet et Christian Vanasse. Au moins, eux, ont fait l’effort d’écouter ces radios.

Références

Stéphane Baillargeon, Je suis Radio X
Michel Hébert, Petite vengeance
Simon Jodoin, Un exercice raté
Judith Lussier, Faut qu’on se parle de radio
Gilles Proulx, Liberté galvaudée
Yves Boisvert, Rapport-poubelle
Mario Asselin, La critique des radios est pourtant nécessaire
Sophie Durocher, Du grand n’importe quoi
Richard Martineau, Le régime de peur
Raymond Corriveau, Les intouchables
Jean-Francois Vallée, Dominique Payette vise dans le mille
Jérôme Landry, La vraie histoire du rapport Payette

Selon le CCNR, les menaces de violence, ok, tant que c’est dans un langage correct

decisioncrtc

Décision très bizarre du CCNR du 15 juillet. Le CCNR est un organisme gérant la déontologie journalistique des animateurs de radio. Et contrairement au Conseil de presse, les radios-poubelles en sont membres.

Ce qui est très bizarre c’est que le CCNR reconnait que les animateurs font un acte illégal, soit de dire que les cyclistes méritent de se faire renverser. C’est illégal, allo, intimider est passible de 5 ans de prison. Cependant, ils ajoutent qu’ils ne considèrent pas ça comme de l’incitation à la violence.

Le seul problème selon le CCNR dans cette affaire sujette de 145 plaintes, c’est le niveau de vulgarité exprimée.

Les animateurs du matin (Denis Gravel et Jérôme Landry, dont les noms ne sont même pas mentionnés dans le communiqué) ont employé des mots méchants méchants, par exemple « idiots », pour qualifier les cyclistes. Et ça, c’est très grave.

C’est fort. Très très fort. Bravo.

En bref, exprimez publiquement le souhait que les cyclistes se fassent frapper, mais surtout, ne les traitez pas d’idiots.

Antiféminisme à gogo: les enfants n’en ont rien à foutre de l’égalité homme-femme

Plusieurs extraits antiféministes de plusieurs animateurs: Landry, Gravel, Bouchard, Décarie, Duhaime et Monette.

Vous trouvez ça inacceptable? Contactez les annonceurs. Vous pouvez aussi porter plainte au Conseil de presse pour dénigrement envers les femmes et les lesbiennes.

L’extrait suivant est largement du dénigrement antiféministe avec une petite swing lesbophobe et masculiniste en prime. Merci Monette de nous rappeler que le féminisme a encore sa place.

CHOI: les féministes, des fofolles (00:04:41)
3 juin 2015, Monette avec Carl Monette
13h10 : « On est rendu avec une gang de fofolles, qui s’associent au communiste (sic) qui fait des congrès anarchistes la fin de semaine. (…) C’est comme la Fédération des femmes du Québec, c’est comme le Conseil du statut de la femme. (…) Ça représente une minorité de vieilles frustrées! Ils auraient aimés ça être dans un calendrier dans un autre vie. Ou y’auraient aimé ça avec des gars, je l’sais pas. (…) Mais je pense que les hommes sont meilleurs dans certains domaines que les femmes. (…) Moi je pensais lancer un mouvement hoministe (sic) masculiniste! »

Monette_03_06_2015-13h10-FeministesDesFofolles.mp3

 

Dénigrement du congrès de Québec Solidaire et discours antiféministe. Bouchard ne comprend pas et ne fait surtout aucun effort pour comprendre.

93.3: Québec Solidaire, un parti sexiste (00:12:06)
6 juin 2015, Bouchard en parle avec Sylvain Bouchard et Éric Duhaime
8h10 : « Quand est-ce que quelqu’un va se lever pour dire que QS est sexiste. Chaque mesure prise par le gouvernement, si ça cible les hommes c’est correct, si ça cible les femmes c’est pas correct puisque toutes mesures qui ciblent l’ensemble de la population c’est des mesures anti-femmes, bien t’as un problème. De la discrimination basée sur le sexe, c’est sexiste. Québec Solidaire c’est un parti qui n’est pas féministe (…) Québec Solidaire c’est un parti qui fait de la discrimination basée sur le sexe. C’est un parti sexiste (…) L’épicentre de Québec Solidaire c’est la tour de Radio-Canada. »

2015.06.01-08.10-933-QsEstSexiste.mp3

 

Alors ici, Landry nous explique comment les enfants doivent être protégés des dangers du féminisme.

CHOI: les enfants ont rien à foutre de l’égalité homme-femme (00:04:04)
1 juin 2015, le show du matin avec Denis Gravel et Jérôme Landry
7h45 : « Est-ce qu’on peut foutre la paix à nos enfants au primaire (…) Hey au primaire, parle-leur de féminisme et d’égalité hommes-femmes, je t’annonce tu les échappes là, pas à peu près (…) Les enfants en ont rien à foutre de ces questions là. »

Le_show_du_matin_01_06_2015-7h45LesEnfantsEnOntRienAFoutreDeLegalite.mp3

 

Fête des non-parents. Richard Décarie ridiculise l’idée et va plus loin. Et attention, Richard Décarie se fait le chantre de la rigueur et de la vérité. Ça fait fort le café.

CHOI: fête des non-parents, c’est pour détruire la société (00:08:37)
26 mai 2015, Monette avec Carl Monette et Richard Décarie
13h05 : « Ça fait partie de la gogauche écolo qui dit que si y avait pas d’humains et d’animaux qui faisaient des flatulence y aurait pas de pollution. (…) Elle s’appelle Magenta. C’est normal dans la vie si tu as un nom de couleur que tu te reproduises pas (…) Dans le fond, l’objectif c’est de détruire la famille, détruire la société. Ils sont contre tout. (…) À partir du moment ou tu fêtes quelque chose qui est antisocial (…) bien tu commences à t’inoculer le cancer. (…) C’est ça, la droite. Si on n’est pas cohérent et si on n’est pas sur la note de vérité, on se fait varloper.  »

Monette_26_05_2015-13h05-FeteDesNon-parents.mp3

 

Denis Gravel et Jean-Christophe Ouellet ont décidé de laisser leurs femmes à la maison s’occuper de la cuisine et des enfants. Et ils sont bien fâchés que des gens osent remettre en doute ce choix. Voilà une bonne occasion de frapper sur les féministes. Et de défendre les conservateurs on the side.

Mais vraiment, c’est un choix que leurs femmes ont fait, de rester à la maison. Un choix libre et éclairé. Oui, Gravel et Ouellet font d’énormes salaires. Oui, ce sont des gros machos. Mais le choix était « libre et éclairé ». Puisqu’ils le disent.

CHOI: discours anti-féministe (00:14:49)
12 mai 2015, le Show du matin avec Denis Gravel et Jérôme Landry
8h05 : « Qu’est-ce qui est mieux pour un enfant? Parqué dans un CPE ou avec sa mère? C’est ça qui me fait vomir avec ces associations féministes là. Eux-autres, le bébé ils s’en sacrent. (…) Maudites gang d’égoïstes! Sans coeur! (…) Étirer le congé parental pour les gars. Voyons donc. Quelle folie. Quelle stupidité. Voyons donc. »

Le_show_du_matin_12_05_2015-8h05-FemmeAuFoyer.mp3

L’espoir de la droite s’écrase dans Chauveau

Malgré l’appui unanime et enthousiaste de la radio-poubelle. Malgré des chroniques régulières à Maurais live. Malgré les nombreuses entrevues. Malgré de grosses déclarations d’amour de Jeff Fillion, Dominic Maurais, Denis Gravel et Éric Duhaime… le Parti Conservateur du Québec d’Adrien Pouliot s’écrase dans Chauveau. Il n’a connu qu’une très légère hausse.

En contrepartie, Québec Solidaire n’a été invité à aucun débat de la radio-poubelle de l’aveu même d’Éric Duhaime.

  • Résultats du 7 avril 2014 avec Julie Plamondon, une nobody du PCQ: 455 votes et 1,05 % des voix (electionsquebec.qc.ca)
  • Résultats du 8 juin 2015 avec Adrien Pouliot, le chef du PCQ: 1239 votes et 4,96 % des voix (resultats.dgeq.org)

Donc, la combinaison chef du parti + appui de la radio-poubelle + sécurité de l’élection partielle (le PLQ reste majoritaire de toute façon) = 784 votes de plus

Encore une fois il est difficile de mesurer la part de l’influence de la radio-poubelle dans ces nouveaux votes. Mais on s’entend que ça n’a eu un impact très significatif, comme nous avions remarqué lors de l’élection partielle de Lévis.

Du côté de Jean-Talon, ça fait un autre ministre issu de la radio-poubelle: Sébastien Proulx, qui était chroniqueur à Maurais live. Il rejoint donc son chum Martin Coiteux, ex-chroniqueur lui aussi.

CHOI: entrevue avec Adrien Pouliot du PCQ (00:17:37)
29 mai 2015, le Show du matin avec Denis Gravel et Jérôme Landry
8h : « Comment ça va la campagne à Chauveau? Est-ce que les gens commencent à vous reconnaitre un peu? C’est sûr que ma présence à la radio, à Radio X dans l’émission de Dominic Maurais, m’aide beaucoup. Y a un facteur de reconnaissance (…) À Québec, le message devrait bien passer. Récemment il y a eu un sondage sur les climatosceptiques. À Québec entre autres les radios ont un grand rôle à jouer là-dedans. »

Le_show_du_matin_29_05_2015-8h-AdrienPouliotRadioXAideBeaucoup.mp3

Ça parle trop d’homosexualité à l’école, selon Jérôme Landry

jerome

On est en 2015 et Jérôme pense que l’argument : « j’ai un ami gay alors je ne peux pas être homophobe », ça peut encore marcher.

Vous trouvez ça inacceptable? Contactez les annonceurs.

CHOI: ça parle trop d’homosexualité à l’école (00:12:36)
5 mai 2015, le Show du matin avec Jérôme Landry, Véronique Bergeron et Yannick Tremblay
7h20 : « 3e année, des cours sur l’homosexualité, là, honnêtement je suis pas certain (…) C’est de la gestion d’exceptions. Je suis pas homophobe, moi j’ai un ami homosexuel qui, des fois, vient manger chez nous (…) La masturbation, on doit-tu vraiment parler de ça au primaire? (…) Belle perte de temps à l’école de parler d’homosexualité à des 3e année. »

Le_show_du_matin_05_05_2015_7h20-HomosexualiteALecole.mp3