Archives du mot-clé Nathalie Normandeau

Carrés jaunes: Une ado sans soutien-gorge est une « guidoune », selon Martin Everell

L’extrait audio suivant est surréaliste. On a ici deux adultes influents, faisant un salaire dans les 6 chiffres, dénigrant et insultant une jeune de 15 ans. Il s’agit de Nathalie Normandeau et Martin Everell s’attaquant à la porte-parole des carrés jaunes, Célestine Uhde.

Et niveau argumentation, vous serez à même de constater dans l’audio qu’une jeune fille de 15 ans peut battre haut la main une ancienne vice-première-ministre.

Les carrés jaunes souhaitent alléger le code vestimentaire de leur école secondaire. Elles disent qu’il est sexiste et qu’il brime leur liberté.

Que l’on soit d’accord ou non, ça ne change rien au fait que ce sont encore des mineures méritant un minimum de respect. On peut aussi avoir de l’admiration pour des gens qui s’engagent dans une cause pour améliorer la société. On aime les jeunes allumés, intéressés aux affaires politiques et sensibles aux enjeux de société, n’est-ce pas?

Nathalie Normandeau et Martin Everell, des adultes en position d’autorité, sensés montrer l’exemple, rappelons-le, s’en donnent à cœur joie pour démolir l’ado dans une des radios les plus écoutées en ville.

Les « arguments » de Nathalie Normandeau sont:

  • T’sais, là, wo
  • Les arguments des carrés jaunes sont frivoles, insensés, gauchistes et féministes
  • Célestine devrait être plus à droite comme moi
  • Au travail, il y a des codes vestimentaires, alors à l’école c’est pareil, ça fait partie de la vie en société
  • Les carrés jaunes sont peu nombreux et veulent imposer leur volonté à la majorité (?!?!)
  • Plusieurs insultes paternalistes

Une belle collection de sophismes. C’est incroyable sachant, rappelons-le une 46e fois, que Nathalie Normandeau est une ancienne vice-première-ministre dont l’emploi consistait précisément à développer un argumentaire pour débattre à l’Assemblée nationale.

La question est pourtant simple: pourquoi serait-ce important d’interdire les bretelles spaghetti? Il doit bien y avoir au moins une bonne raison! Mais Nathalie est incapable d’en fournir une seule!

Bien entendu ce genre d’insulte gratuite n’est pas permis selon la déontologie, c’est pourquoi nous vous invitons à porter plainte au CCNR ou au CPQ, et à écrire une lettre aux annonceurs.

BLVD: les carrés jaunes, t’sais, là, wo

27 mars 2018, 100% Normandeau, avec Nathalie Normandeau et Martin Everell

16h: NN: « Bon! Elle a 15 ans, elle a décidé de prendre ça en main, la petite (…) »

ME: « Regarde, elle a rien qu’à s’habiller comme une guedoune après l’école (…) Une guedoune, j’appelle ça comme ça, une petite fille avec une camisole pas de brassière, avec des shorts très courtes. C’est une guidoune (…) »

NN: « Oui, tu as raison de parler de dérape, je comprends, que la petite veut s’exprimer. Elle est peut-être en manque d’attention. On va-tu se pâmer devant une jeune fille qui se drape dans un discours féministo-gauchisant politically correct? On va-tu s’écraser devant ce discours? (…) C’est comme… hey! Tu vas à l’école, ma belle. À l’école, il y a des règles (…) Un moment donné t’sais. Ça va s’arrêter où, ce discours-là, qui est loin de représenter la majorité des jeunes femmes? Cette femme-là parle pour une très très très petite minorité. Est-ce qu’on va jouer à faire de l’aplaventrisme? (…) J’espère que l’école [la direction] va se tenir debout et l’école va dire: wo, un instant. Moi, j’en reviens pas, le code vestimentaire obéit à la logique de la femme à cacher. Hey! On dit juste qu’une camisole à bretelles spaghetti ça se porte pas dans la classe (…) C’est du grand n’importe quoi, ça! (…)

Puis Normandeau revient sur l’utilisation du terme « guidoune » par Martin.

NN: « Plutôt qu’utiliser ton expression que tu as utilisée tantôt, j’utiliserais les filles légèrement couvertes. »

ME: « J’assume. »

NN: « Il faut faire attention à ce qu’on dit au micro, on a une responsabilité » [Remarquons que Normandeau vient de dire de quoi d’intelligent ça vaut la peine de le souligner]

NN: « On est dans cette mouvance-là. On remplace mère, père, par parent. On fait des toilettes non genrées. Si je peux pas m’habiller comme je veux à l’école, c’est qu’on brime mes droits, avez-vous remarqué qu’ils revendiquent juste des droits? Comme s’il n’y avait pas d’obligations. Et toi, le reste de la société, tais-toi, et tu es mieux de te rendre à mes arguments parce que moi, j’ai décidé de t’imposer de nouveaux standards pour vivre dans notre société. »

ME: « Il n’y a plus de paramètres (…) »

NN: « Fait qu’un moment donné, on peut-tu se calmer le pompon? Mais cette petite, selon moi, aurait besoin d’un petit recentrage sur le plan idéologique et qu’on aurait besoin de lui expliquer les vraies choses de la vie (…) »

NN: « Ce genre de discours, ça me brule, vous avez pas idée. Ça vient me chercher. (…) Sa famille est politisée. Probablement qu’ils votent Québec Solidaire, remarque, j’ai rien contre ça. Un moment donné c’est comme. Et la petite est incapable de faire un lien dans les concepts. Elle associe la culture du viol au fait d’être brimée parce qu’elle peut pas porter sa camisole avec des bretelles spaghetti. Wo. »

27Mars2018-Blvd-100Normandeau-16h-NathalieNormandeauEtMartinEverellCarresJaunes.mp3

André Arthur appuie la Meute

Avec Nathalie Normandeau qui offre une tribune complaisante à la Meute et André Arthur qui dit qu’il serait fier de porter la casquette de la Meute, BLVD est en train de devenir un relais de communication important de ce groupe d’extrême-droite.

Le jour suivant, ce fut au tour d’André Arthur – autre champion des radios-poubelles – d’intervenir en faveur de La Meute : « J’aimerais saluer La Meute dont un membre a réussi à se présenter à la Société de l’assurance auto du Québec (quelle auto?) avec sa calotte de La Meute, très belle calotte, je la porterais moi. On voit une griffe de loup dessus! ».

Quand La Meute harcèle notre système de Santé

Laissez faire les « excuses » d’André Arthur, on va prendre les menottes

Il parait qu’André Arthur « s’excuse » pour avoir invité les automobilistes à frapper les cyclistes. Une excuse à la sauce radio-poubelle: « Je m’excuse, mais c’est pas de ma faute ».

« J’avais une crampe au cerveau », « J’ai un langage coloré », « Ça a été mal interprété », « C’est de la faute de la Coalition sortons les radio-poubelles »… Toutes des façons minables afin de se dédouaner lâchement tout en convaincant les naïfs de sa sincérité.

Jusqu’à ce jour, depuis 20 ans, personne n’a encore entendu ou lu une seule excuse sincère venant d’un animateur de radio-poubelle.

Jugez-en par vous-même.

C’est bien beau sauf que, comme dit le code criminel

Alors, à quand les menottes pour André Arthur?

André Arthur propose de frapper les cyclistes

Dans l’extrait suivant, André Arthur propose à ses auditeurs de frapper les cyclistes avec leur voiture. Aussi simple que ça. Et Nathalie Normandeau, qui est d’habitude tellement indignée lorsqu’Arthur dit des gros mots, trouve ça drôle.

La radio-poubelle est une habituée des menaces de violence envers les cyclistes. Le 13 décembre 2016, Denis Gravel les traite « d’égoïstes », le 3 novembre Pierre Mailloux propose de les « ramasser solide » en voiture, le 8 mars, Gravel fantasme d’en frapper un. Et que dire de la fameuse campagne d’intimidation Honk a cyclist.

Mais ça doit être correct, puisque personne ne se plaint!

Vous trouvez ces propos inacceptables? Vous pouvez porter plainte au CCNR ou au CPQ, écrire une lettre aux annonceurs et signer la déclaration pour des ondes saines.

BLVD: André Arthur propose de frapper les cyclistes

27 mars 2017, 100% Normandeau avec Nathalie Normandeau, Marc-André Lord et André Arthur

16h30 : AA- « Moi ma définition d’un idiot, c’est quelqu’un qui fait du bicycle en hiver (…) Aujourd’hui, quelqu’un en bicycle, frappez-les, soulagez-le, faites quelque chose. »

blvd-27-mars-2018-3elien-arthur-normandeau-ecraser-velo-16h30.mp3

Tant qu’à boycotter Normandeau, pourquoi pas Fillion, Mailloux ou Arthur?

Le retour d’André Arthur, de Jeff Fillion, de Nathalie Normandeau et du Doc Mailloux ne devrait pas surprendre. C’est dans la logique des choses.

Dans un contexte très compétitif, où de plus en plus de radios se mettent à faire du talk, il est normal que chacune tente de se démarquer. Et on n’y arrive pas en engageant des novices, mais en recrutant des valeurs sûres.

Tous mis à pied dans la controverse (propos racistes pour Arthur et Mailloux, intimidation pour Fillion, accusations de fraude pour Normandeau), les membres de cette clique avaient néanmoins rapidement démontré leur popularité.

Le segment d’André Arthur était le plus écouté/téléchargé chaque jour à Radio X. Le duo Duhaime-Normandeau avait, très rapidement, propulsé le 93.3 au haut des sondages. Et si Jeff Fillion avait passé quelques mois de plus à NRJ, il aurait probablement dépassé son rival, Gilles Parent.

En perdant leur emploi, ils n’ont pas été radiés de leur métier.

Un ordre professionnel peut empêcher un de ses membres d’exercer son travail s’il a fait une faute professionnelle.

Le racisme et l’intimidation sont proscrits par le code de déontologie des journalistes. Arthur, Mailloux, Fillion et Normandeau n’ont pas été radiés parce qu’il n’y a pas d’Ordre professionnel des journalistes.

Au Québec il existe un Ordre professionnel pour les acupuncteurs, les agronomes, les chiropraticiens, les diététistes et les sexologues.

On doit donc déduire qu’on considère l’information publique comme un secteur de moindre importance que les troubles érectiles.

La seule surprise est que BLVD, après avoir fait une campagne publicitaire controversée autour de la radio-poubelle de Québec, se met désormais aussi à en faire. BLVD rejoint le club sélect des radios-poubelles de Québec.

La radio-poubelle s’étend et ce n’est pas en laissant faire le marché qu’on risque de voir la situation s’améliorer. Mais bien en faisant connaitre son indignation.

Les élus refusent toute entrevue avec Normandeau

Autre rebondissement, les élus provinciaux, tous partis confondus, refuseront les entrevues avec Nathalie Normandeau.

Une attachée de presse de la CAQ, Émilie Toussaint, a évoqué la raison suivante:

« Nous croyons à la présomption d’innocence, mais nous jugeons qu’actuellement Mme Normandeau n’a pas la crédibilité pour parler de politique avec les élus de notre parti »,

C’est très bien, mais pourquoi ne pas faire la même chose avec toute la radio-poubelle? Les autres animateurs n’ont pas été accusés de fraude, mais ils ont fréquemment démontré qu’ils n’avaient aucune crédibilité.

Ils refusent le titre de journaliste. Ils en piétinent la déontologie. Ils utilisent les privilèges du journalisme sans en respecter les devoirs. Il suffit de lire les nombreuses plaintes au CCNR et au CPQ pour s’en convaincre.

À la radio-poubelle, bafouer les principes de base du journalisme n’est pas un accident. C’est systématique. C’est la façon de faire. C’est banal.

Mailloux a déjà affirmé que les Arabes forment « un peuple taré ». Fillion a déjà applaudi les coups de fouet donnés au héros de la liberté d’expression, Raïf Badawi. André Arthur affirme qu’Isabelle Gaston est aussi coupable que Guy Turcotte pour le meurtre de ses enfants.

Et ce n’est qu’un infime florilège de ces provocateurs nés.

Alors j’ai une question pour les élus. Pourquoi accepter une entrevue avec Fillion alors qu’on en refuse une avec Normandeau?

Et, plus largement, pourquoi est-ce que les porte-paroles de groupes défendant les droits des journalistes acceptent-ils de donner dles entrevues à la radio-poubelle? Pensons aux syndicalistes et aux journalistes, par exemple.

En acceptant l’entrevue, ne sont-ils pas en train de donner de la crédibilité à des gens qui sapent les fondements même du métier qu’ils prétendent défendre?

Pour être cohérent, ceux qui valorisent le métier de journaliste devraient s’abstenir de donner des entrevues à des gens qui piétinent le journalisme.

Une entrevue ça se passe avec un journaliste. Pas avec un vendeur de hamburgers.