Archives du mot-clé Parti Conservateur du Québec

Bilan de 2 semaines de campagnes

Nous avons analysé le traitement de chaque parti politique depuis le début officiel de la campagne, le 6 mars, jusqu’au 21 mars 2014. Ce sont les 2 premières semaines de la campagne.

Traitement des partis provinciaux à la radio-poubelle entre le 6 et le 21 mars 2014

Parti Nombre de discussion Pourcentage Pointage
CAQ 26 18,31% 22
PQ 77 54,23% -22
PLQ 28 19,72% 29
QS 11 7,75% -3
Total 142

Source: écoute active et site web des radio-poubelles. Coalition sortons les radios-poubelles.

On constate que le PQ est le parti le plus souvent mentionné en onde. Il compte pour plus de la moitié de toutes les discussions. C’est aussi celui avec le plus mauvais pointage. De leur côté, le PLQ et la CAQ se partagent a peu près également le nombre de discussion, avec une légère avance au PLQ. Comme nous l’avions prévu, le PLQ récolte le meilleur pointage. Le PLQ est donc le parti favori des radios-poubelles.

Comptabilisation des entrevues avec les chefs

Chefs Nombre d’entrevues
Philippe Couillard 4
Pauline Marois 0
Francois Legault 2
Adrien Pouliot 2
Amir Khadir 2
Sol Zanetti 0

Source: écoute active et site web des radio-poubelles. Coalition sortons les radios-poubelles.

On constate que le chef du Parti Libéral, Philippe Couillard du PLQ a obtenu 4 entrevues alors que Pauline Marois du PQ, aucune. Les animateurs prétendent souvent que la porte est grande ouverte pour Pauline Marois. Peut-être qu’elle ne souhaite pas participer en regard au mauvais traitement quotidien envers son parti? Dans ce cas, la radio-poubelle n’aurait personne d’autre à blamer qu’eux-mêmes.

En parallèle on constate qu’Adrien Pouliot, chef du Parti conservateur, bénéficie d’un traitement VIP, alors qu’il se mérite autant d’entrevue que Francois Legault.

On remarque aussi que la tendance est similaire à celle observée dans les récents sondages réalisés dans la région de Québec. L’influence de la radio-poubelle sur ses auditeurs lors des élections a déjà été étudié et confirmé. Il serait toutefois intéressant de voir l’effet du matraquage de la radio-poubelle sur plusieurs années.

Offrir un traitement inéquitable aux partis politique contrevient au code de déontologie du CPQ, aux normes du CCNR et à la loi sur la radiodiffusion gérée par le CRTC. Pour porter plainte, c’est par ici.

Lire la suite

Portrait préélectoral: à bas le PQ

Les élections viennent de commencer et il y a au moins un mois que Radio X est à l’oeuvre pour mettre en valeur des partis politiques chouchous. Voici notre analyse du traitement des partis entre le 10 février et le 6 mars, date de l’annonce officielle du déclenchement des élections.

Le Parti Québécois est le parti ayant bénéficié du traitement le plus mauvais. Ce qui s’explique par le fait que ce soit le parti au pouvoir, mais aussi par l’engagement des animateurs envers des partis adverses. Les animateurs n’ont pas cessé insulter Sylvain Gaudreault, ministre des transports, dans l’histoire de l’élargissement d’Henri IV à cause de leur parti pris pro-automobile et anti-transport en commun.

Traitement des partis provinciaux à la radio-poubelle entre le 10 février 2014 et le 6 mars 2014

 Partis % sujet Nombre de discussions pointage
PQ 56,32% 49 -54
CAQ 21,84% 19 19
PLQ 11,49% 10 10
PCQ 8,05% 7 8
QS 2,30% 2 -5

Source: écoute active et site web des radio-poubelles. Coalition sortons les radios-poubelles.

On constate que le PQ est le parti le plus souvent abordé dans les discussions politiques. C’est aussi celui qui obtient le pointage le plus bas. On constate que les partis obtenant une note positive (PLQ, CAQ, PCQ) sont plus éparpillés. La haine de la radio-poubelle envers le PQ semble plus grand que l’affinité qu’ils portent envers les autres partis.

On remarque aussi le poids disproportionné du Parti Conservateur du Québec par rapport à son existence dans la sphère publique. Les animateurs ont presqu’autant parlé du PCQ que du PLQ! Cela s’explique par les affinités entre les idées du parti et celles des radios-poubelles.

Presque deux fois plus de discussions ont portés sur la CAQ que sur le PLQ. Il s’agit d’un traitement disproportionné et biaisé.

La situation a évolué ces derniers jours. Selon nos observations, si la tendance se maintient, c’est vers le PLQ que se tournera les espoirs de la radio-poubelle.

Nos observations n’ont pas de valeur scientifique.

Relations très mauvaises avec le PQ

Suite à une série d’accrochages, les tensions ont atteint un point culminant entre le PQ et Radio X. Tellement que le 6 mars, après avoir ridiculisé Dominic Payette en studio, Agnès Maltais à annulée son entrevue à la dernière minute. Dominic Maurais, furieux, à fait l’entrevue quand même en répondant à la place de Maltais! Avec tout le dénigrement et les insultes habituels.

Ce qui serait intéressant de voir, c’est si le PQ refuse toutes les entrevues de Radio X. Les animateurs ne pourront pas respecter leurs « cotas ». Ils ne peuvent pas tout simplement enfiler les entrevues avec le PLQ. Ils ont une obligation légale d’offrir une tribune équitable a chaque parti (ce qu’ils ne font pas). Mais les quelques entrevues de Michel Guimont du PQ ces derniers jours laisse entendre qu’ils ne boycotteront pas Radio X.

Au sujet de la règlementation, le CRTC stipule que…

« Au cours d’une période électorale, le titulaire doit répartir équitablement entre les différents partis politiques »

Ce qui n’a pas été respecté à la dernière élection selon nos propres observations. Radio X n’a pas la réputation de respecter les règles (ce qui ne les empêchent pas de critiquer « ceux qui n’ont pas de respect pour l’autorité »).

Les données brutes sont ci-bas. Le pointage est une note de -3 (très défavorable) a 3 (très favorable). Il s’agit d’une appréciation subjective et arbitraire du traitement des partis.

Lire la suite

Élections: Tout pour la CAQ et quelques graines pour le PCQ

À l’approche des élections provinciales, la radio-poubelle dévoile une de ses facettes: être une machine électorale au service de son parti chouchou. Un bon truc, c’est qu’avant le début officiel des élections, ils ne sont pas soumis aux mêmes règles que pendant. Ce qui leur permet d’offrir une tribune disproportionnée pour des partis alliés. Comme la CAQ et le PCQ.

Voici le plan de la radio-poubelle pour les élections :

  • En une phrase: Tout pour la CAQ et le Parti Conservateur dans le comté de Montmorency. Y aurait-il un lien à faire entre le comté choisi par le PCQ et la région du chef de l’Alliance De Québec (ADQ), Daniel Beaulieu, un parti municipal? Avouez que c’est tout de même bizarre, eux qui insistaient autant sur Vanier, ils miseront finalement plutôt sur Beauport.
  • Sylvain Bouchard appelle sa stratégie « Anybody but Pauline »: voter pour le parti ayant le plus de chance de déloger le candidat péquiste (y compris voter pour le PLQ).
  • Les entrevues avec Adrien Pouliot, chef du PCQ, se succèdent à Radio X et au 93.3. On ne l’avait pas entendu depuis… les dernières rumeurs d’élections. On parle d’un parti inexistant dans les sondages et ne comptant aucun élu.

La radio-poubelle reste donc dans la même tengeante qu’à l’élection précédente.

Radio-poubelle: faire et défaire les élections

Début des années 2000 : Régis Labeaume fait des chroniques régulières à l’antenne de CHOI. Pendant les élections en 2007, le candidat à la mairie « obtient la faveur des animateurs du 93,3 et de CHOI près de 60% du temps où il est question de lui »‘. Quant à elle, Ann Bourget du RMQ, donnée gagnante au début de la campagne, subit plus de 80 % de commentaires défavorables. Labeaume est finalement élu avec 59 % des voix, alors qu’il n’obtenait que 5 % des intentions de vote au départ. Un animateur de CHOI, Dominic Maurais, prétend en 2011 que Régis Labeaume est “une création des radios de Québec”.

Les relations entre la radio-poubelle et le maire sont très proches. En 2009, Régis brandit une canette de Red Bull en plein conseil municipal, à l’invitation de l’animateur Sylvain Bouchard du 93,3.

Avril 2010: En pleine période de sondages BBM, le 93,3 lance la marche des Cols rouges. Plus de 10,000 personnes brandissent des balais pour symboliser le ménage devant être fait au gouvernement provincial. Ils dénoncent le budget de Raymond Bachand, ministre libéral. L’ADQ et le PQ envoient leurs laquais pour ramasser les miettes politiques de la marche. Un porte-parole évoque l’opportunité de faire une grève générale pour faire plier le gouvernement.

Août 2012: Le 93,3 parraine Claude Roy, ex-adéquiste, pour les élections. L’entreprise politico-publicitaire des Cols rouges vire au fiasco après que leur candidat vedette ait été trop sincère : la population n’a pu endosser les propos racistes prononcés par Roy en entrevue à CHOI.

L’expression “Col rouge” apparait en 2008. L’animateur du 93,3, Sylvain Bouchard, songe d’abord à faire une contre-manifestation pour s’opposer aux revendications des employés de la ville en négociation, les cols bleus. Il se contentera d’une pétition et 2000 signataires viendront montrer leur appui à Labeaume et à son attitude anti syndicale.

Septembre 2012: Le Parti libéral est fatigué après un printemps agité. La CAQ de François Legault a le vent dans les voiles. Son discours de droite plait à CHOI. Plusieurs anciens militants de l’ADQ travaillent à la station. Pendant la campagne, François Legault fait 3 entrevues à CHOI, plus que Charest et Marois ensemble. La radio-poubelle offre un traitement biaisé: dans le mois précédent l’élection, 50 % des discussions politiques portent sur la CAQ. Finalement ce parti n’est pas élu, mais il domine dans les banlieues de Québec.

Février 2013: Éric Duhaime, animateur de CHOI Montréal et ex-conseiller politique de Mario Dumont, avoue sa déception envers la CAQ et change d’avis: désormais, le Parti conservateur du Québec aura sa faveur. Il est suivi par plusieurs autres, dont le directeur des programmes, Jean-Nicolas Gagné, ex-attaché de presse de l’ADQ. Le même mois, Adrien Pouliot, chef du PCQ, commence des chroniques à l’antenne de CHOI Montréal. Il intervient chaque deux semaines, depuis ce temps.

En entrevue au Prince Arthur Herald en juillet 2013, Adrien Pouliot affirme cibler “les régions où nous avons une chance de remporter des sièges, c’est-à-dire dans la région de Québec et en Beauce.” La région de Québec? Un microclimat y serait-il propice à l’éclosion d’idées de droite?

Mai 2013: Les animateurs de CHOI font jouer une nouvelle fois l’extrait d’une entrevue de Radio-Canada avec Gilles Lehoullier, candidat à la mairie de Lévis. On peut y entendre Lehoullier avouer son appréciation de l’émission de Bernatchez et ajouter : “Pour moi c’est l’émission la plus reposante le matin (…) on sent pas que c’est polluant”. L’extrait prouve, selon les animateurs de CHOI en colère, que Lehoullier “méprise les gens de Lévis”. Ils affirment faire “spinner” l’extrait, dans l’objectif évident de nuire à son élection. “Prenez-le en note, Lehoullier vous regarde de haut. Si vous écoutez CHOI Radio X ce matin et que vous êtes à Lévis, vous avez le droit de vote” dénonce Jérôme Landry.

Stop, soulevons quelques questions. Les réponses vous appartiennent.

  • Des agitateurs politiques peuvent-ils utiliser quotidiennement des ondes publiques pour rallier les auditeurs à leurs idées partisanes?
  • A quel point un média peut-il influencer l’issue d’une élection?
  • Qu’est-ce qui distingue la radio-poubelle d’un organe de propagande?
  • Est-ce qu’on sentira l’impact de la radio-poubelle dans les résultats des élections municipales du 3 novembre prochain?

Radio parlée, élections et démocratie sur cem.ulaval.ca

Québec: mauvaises ondes pour le Bloc sur lapresse.ca

«Les cols rouges» pour appuyer Labeaume sur canoe.ca

Le Parti conservateur du Québec donne une conférence à Radio X

Vendredi le 16 août 2013 avait lieu le deuxième congrès (ou conventum) de Radio X. C’était l’occasion de célébrer une année de Radio X en réseau. La station diffuse à Québec, au Saguenay et, depuis l’année dernière, aussi à Montréal. Les équipes des radios de chaque ville se sont donc réunies pour faire la fête et pour écouter des conférences.

Cette année, Adrien Pouliot, chef du Parti conservateur du Québec, a donné une conférence à toute la bande de Radio X. Selon ce qu’affirme Maurais, Pouliot a fait un discours à haute saveur idéologique libertarienne sur le thème « 2023: le Québec est privatisé ». L’année dernière, Radio X avait mérité une conférence sur les « organismes communautaires qui paralysent Montréal ».

Ces « congrès » de Radio X sont l’occasion de resserrer les liens entre les animateurs et, visiblement, de suivre des formations visant à uniformiser un discours de droite libertarienne.

CHOI: le PCQ offre une conférence à Radio X (00:04:16)
19 août 2013, Maurais live avec Dominic Maurais et Jean-Claude Ouellet
9h45 : Conférence d’Adrien Pouliot au congrès de Radio X « on a privatisé l’ensemble du réseau québécois ».

Maurais_Live_19_08_2013-conventum-pcq.mp3

Adrien Pouliot donne une chronique à toutes les 2 semaines à l’antenne de Radio X Montréal.

CHOI Radio X et le 93,3 semblent bel et bien s’entendre pour amener leurs animateurs à jouer les meneurs de claques du PCQ lors des prochaines élections. Nous avons constaté ce virage même avant mai 2013.

Radio X enfreint les règles

En encourageant son personnel à jouer les agitateurs politiques, CHOI Radio X enfreint la loi, les règles du CRTC et celles du code déontologique de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR). Ce code, auquel CHOI et le 93,3 ont adhéré, mentionne que leur « tâche première et fondamentale […] est de présenter des nouvelles, des points de vue, des commentaires ou des textes éditoriaux d’une manière complète, juste et appropriée ».

À quoi servent les règles si on ne les applique pas?