Archives du mot-clé Régis Labeaume

Régis boycotte la radio-poubelle

On peut l’aimer ou le détester. Mais il faut bien donner ça au maire Régis Labeaume: il tient sa promesse. Le 26 juin 2013, lors du dévoilement de la programmation de la Fête arc-en-ciel, M. Labeaume invite la population à boycotter les entreprises qui s’allient, endossent ou participent à propager tout propos haineux. «Ça inclut toutes plateformes médiatiques», avait-il ajouté.

6 mois plus tard, force est de constater: Régis tient sa promesse. Il n’a pas accordé, ou presque pas, d’entrevue à Radio X, NRJ ni le matin au 93,3. Les animateurs ne cessent de s’en plaindre: « il refuse de venir me voir » se lamente fréquemment Sylvain Bouchard. « Le maire me boude », pleurniche Jeff Fillion. Gravel et Landry se montrent aussi irrités par l’absence du maire dans leur studio.

Disons le franchement, félicitations M. Labeaume. Vous avez fait preuve de cohérence. Vous n’allez pas ramper devant la radio-poubelle comme tant d’autres politiciens. Vous refusez d’encourager des médias homophobes, islamophobes et machistes. Pour cela, vous méritez tout notre respect.

Nous relayons donc l’appel de juin de Labeaume aux annonceurs sans changer une seule virgule: ensemble, boycottons la radio-poubelle!

Allez! Le Cégep Ste-foy, le Collège Bart, la Commission scolaire des Découvreurs, Hydro-Québec, Loto-Québec, l’Université Laval, la Ville de Québec (!), Dormez-vous, Qualinet, IGA, Bell, Télus, Rogers, Zolé, le 47e Parallèle, Resto plaisir, Le monde des bières. Faites preuve de responsabilité corporative.

Et vous aussi vous pouvez aider: Aidez-nous à sensibiliser les annonceurs!

(L’article de la Presse.ca est ici).

Le Festibière compte sur de solides alliés

Un petit festival de Québec, le Festibière, a de petits problèmes avec la Ville de Québec. Alors que les précédentes années les festivités ont pu avoir lieu jusqu’à 23h, les règles ont changées lors de cette édition. Chaque jour du Festibière devant plutôt se terminer à 22h15.

Les organisateurs se plaignent des problèmes, des frustrations et des pertes financières occasionnées par le changement tardif. Jusqu’ici rien d’anormal.

Et voilà que le maire de Québec, Régis Labeaume, débarque

M. Labeaume s’est donc présenté en personne dimanche après-midi sur le site du Festibière pour mieux comprendre. Il y a rencontré les organisateurs pour leur dire qu’il n’était pas au fait du changement et qu’il souhaitait faire la lumière dans ce dossier. «C’est une initiative du Bureau des grands événements [et] on ne comprend pas ça. On va essayer d’éclaircir tout ça. À notre connaissance, il n’y a eu aucun incident dans le passé qui peut justifier un tel changement», a souligné M. Nolin. «On veut une ville festive. On n’interdit pas comme ça de finir l’événement à 23h.»

Le premier magistrat de Québec a assuré à l’organisation du Festibière qu’il allait revoir leur cas et qu’il allait poser des questions à qui de droit au Bureau des grands événements. «On ne blâme personne», nuance M. Nolin. «On aurait souhaité que les responsables nous avisent plus clairement qu’il y avait un changement.»
Couvre-feu du Festibière: «On ne comprend pas ça», assure le maire Labeaume

Le maire se déplaçant en personne pour rejeter les directions de sa propre ville?

Ha oui, j’oubliais de mentionner que le Festibière est commandité par CHOI Radio X. Que le chanteur Bob Bissonnette, bien connu pour sa chanson « Toutes des folles », était invité sur scène. Et que les organisateurs sont les mêmes qui s’occupent du BBQ Fest, dans lequel devait avoir lieu la « Journée internationale du gars« , parrainée par Sylvain Bouchard.

Compter la radio-poubelle dans ses amis permet d’avoir toutes sortes d’avantages.

Régis Labeaume appuie la Coalition sortons les radio-poubelles

Le maire de Québec Régis Labeaume se lance en croisade contre l’homophobie. Lors du dévoilement de la programmation de la Fête arc-en-ciel hier, il a évoqué le boycottage de «toute organisation commerciale, qui de près ou de loin s’allie, endosse ou participe à propager tout propos haineux». «Ça inclut toutes plateformes médiatiques».

Il a ajouté que

« La meilleure façon de le faire est de boycotter tout ça et de ne pas acheter de ces entreprises. Peut-être qu’il y a des gens qui changeraient leurs propos.»
lapresse.ca

Malgré son passé de chroniqueur à CHOI, Régis Labeaume adhère donc à la mission de la Coalition sortons les radios-poubelles. Nous saluons son initiative et nous l’invitons donc à boycotter l’antenne et les annonceurs de la radio-poubelle.

En faisant sa déclaration, tout le monde se demande à qui Régis faisait référence. Nous avons quelques suggestions de réponse…

Il pensait peut-être à Jeff Fillion, qui, en mars 2013, disait que deux gais « qui se frenchent » pouvaient « fucker les enfants ». Deux mois plus tard, en mai, Fillion en remet en affirmant « Pour moi un couple, une vie plus normale, c’est une vie un homme une femme ». Finalement, en août 2013, Jeff est dégouté qu’on aille à « endurer de voir ça ».et que « des enfants puissent voir » des manifestations d’homosexualité. Jeff sévit désormais à NRJ.

Peut-être que Régis faisait aussi référence à CHOI qui, en décembre dernier, a été condamné par le Conseil de presse du Québec pour propos haineux et homophobe. Le jugement faisait suite à un épisode de mars 2013 ou Maurais avait dit que des gens « mériteraient d’être écrasés comme des moucherons ». Le même mois, la conjointe de Jérôme Landry, Josée Morissette, avait fait des commentaires méprisants à propos d’une publicité du gouvernement représentant deux lesbiennes s’embrassants. Mme Morissette a depuis été mise à pieds de Radio X.

Peut-être avait-il à l’esprit les commentaires de Sylvain Bouchard qui, en juin 2013, affirmait que dans le mouvement féministe, il y avait trop de « GLF » (gaie lesbienne folle)?

Nous avons plusieurs autres extraits dans notre section sur l’homophobie. Nous avons aussi une catégorie sur l’incitation à la violence et sur le sexisme. Nous invitons M. Labeaume à les consulter pour connaitre les médias à éviter.

En résumé, si M. Labeaume donne suite à ses paroles ça donnerait… NRJ CHOI 93.3.

Labeaume ajuste son discours au niveau de la radio-poubelle

Après avoir montré les liens incestueux entre la radio-poubelle et les politiciens, on posait cette question il y a quelques jours: « Est-ce qu’on sentira l’impact de la radio-poubelle dans les résultats des élections municipales du 3 novembre prochain ? »

Un article de la Presse montre un Régis Labeaume, en pleine campagne électorale, adoptant exactement le même discours que la radio-poubelle au sujet du transport:

Le maire Régis Labeaume veut prendre l’auto avant le tramway. À l’aube de la campagne électorale, il précise sa solution pour réduire la congestion à Québec : élargir les autoroutes sans inclure de voies réservées, augmenter les espaces de stationnement au centre-ville en prenant soin de les «cacher» et faire payer un éventuel tramway par le gouvernement du Québec. Si tramway il y a.

(…)

(Alexandre Turgeon) ose une explication sur ce qu’il qualifie de «pas en arrière» : «Parce qu’on est à deux mois des élections? Pour faire plaisir à deux radios poubelles? Je ne sais pas de quoi il a peur, il est à 80 % d’appuis dans les sondages.»
Congestion: la solution de Labeaume passe par l’auto… avant le tramway sur lapresse.ca

C’est précisément un discours répété et répété chaque semaine à la radio-poubelle: élargir les autoroutes, multiplier les stationnements et surtout, surtout, enlever les voies réservées.

Il ne manque plus que le maire se prononce pour un autre pont entre Québec et Lévis, revendiqué fortement par Sylvain Bouchard du 93.3, pour boucler la boucle.

Radio-poubelle: faire et défaire les élections

Début des années 2000 : Régis Labeaume fait des chroniques régulières à l’antenne de CHOI. Pendant les élections en 2007, le candidat à la mairie « obtient la faveur des animateurs du 93,3 et de CHOI près de 60% du temps où il est question de lui »‘. Quant à elle, Ann Bourget du RMQ, donnée gagnante au début de la campagne, subit plus de 80 % de commentaires défavorables. Labeaume est finalement élu avec 59 % des voix, alors qu’il n’obtenait que 5 % des intentions de vote au départ. Un animateur de CHOI, Dominic Maurais, prétend en 2011 que Régis Labeaume est “une création des radios de Québec”.

Les relations entre la radio-poubelle et le maire sont très proches. En 2009, Régis brandit une canette de Red Bull en plein conseil municipal, à l’invitation de l’animateur Sylvain Bouchard du 93,3.

Avril 2010: En pleine période de sondages BBM, le 93,3 lance la marche des Cols rouges. Plus de 10,000 personnes brandissent des balais pour symboliser le ménage devant être fait au gouvernement provincial. Ils dénoncent le budget de Raymond Bachand, ministre libéral. L’ADQ et le PQ envoient leurs laquais pour ramasser les miettes politiques de la marche. Un porte-parole évoque l’opportunité de faire une grève générale pour faire plier le gouvernement.

Août 2012: Le 93,3 parraine Claude Roy, ex-adéquiste, pour les élections. L’entreprise politico-publicitaire des Cols rouges vire au fiasco après que leur candidat vedette ait été trop sincère : la population n’a pu endosser les propos racistes prononcés par Roy en entrevue à CHOI.

L’expression “Col rouge” apparait en 2008. L’animateur du 93,3, Sylvain Bouchard, songe d’abord à faire une contre-manifestation pour s’opposer aux revendications des employés de la ville en négociation, les cols bleus. Il se contentera d’une pétition et 2000 signataires viendront montrer leur appui à Labeaume et à son attitude anti syndicale.

Septembre 2012: Le Parti libéral est fatigué après un printemps agité. La CAQ de François Legault a le vent dans les voiles. Son discours de droite plait à CHOI. Plusieurs anciens militants de l’ADQ travaillent à la station. Pendant la campagne, François Legault fait 3 entrevues à CHOI, plus que Charest et Marois ensemble. La radio-poubelle offre un traitement biaisé: dans le mois précédent l’élection, 50 % des discussions politiques portent sur la CAQ. Finalement ce parti n’est pas élu, mais il domine dans les banlieues de Québec.

La carte des résultats des élections de 2012 du directeur général des élections.

Février 2013: Éric Duhaime, animateur de CHOI Montréal et ex-conseiller politique de Mario Dumont, avoue sa déception envers la CAQ et change d’avis: désormais, le Parti conservateur du Québec aura sa faveur. Il est suivi par plusieurs autres, dont le directeur des programmes, Jean-Nicolas Gagné, ex-attaché de presse de l’ADQ. Le même mois, Adrien Pouliot, chef du PCQ, commence des chroniques à l’antenne de CHOI Montréal. Il intervient chaque deux semaines, depuis ce temps.

En entrevue au Prince Arthur Herald en juillet 2013, Adrien Pouliot affirme cibler “les régions où nous avons une chance de remporter des sièges, c’est-à-dire dans la région de Québec et en Beauce.” La région de Québec? Un microclimat y serait-il propice à l’éclosion d’idées de droite?

Mai 2013: Les animateurs de CHOI font jouer une nouvelle fois l’extrait d’une entrevue de Radio-Canada avec Gilles Lehoullier, candidat à la mairie de Lévis. On peut y entendre Lehoullier avouer son appréciation de l’émission de Bernatchez et ajouter : “Pour moi c’est l’émission la plus reposante le matin (…) on sent pas que c’est polluant”. L’extrait prouve, selon les animateurs de CHOI en colère, que Lehoullier “méprise les gens de Lévis”. Ils affirment faire “spinner” l’extrait, dans l’objectif évident de nuire à son élection. “Prenez-le en note, Lehoullier vous regarde de haut. Si vous écoutez CHOI Radio X ce matin et que vous êtes à Lévis, vous avez le droit de vote” dénonce Jérôme Landry.

Stop, soulevons quelques questions. Les réponses vous appartiennent.

  • Des agitateurs politiques peuvent-ils utiliser quotidiennement des ondes publiques pour rallier les auditeurs à leurs idées partisanes?
  • A quel point un média peut-il influencer l’issue d’une élection?
  • Qu’est-ce qui distingue la radio-poubelle d’un organe de propagande?
  • Est-ce qu’on sentira l’impact de la radio-poubelle dans les résultats des élections municipales du 3 novembre prochain ?

Radio parlée, élections et démocratie sur cem.ulaval.ca

Québec: mauvaises ondes pour le Bloc sur lapresse.ca

«Les cols rouges» pour appuyer Labeaume sur canoe.ca