Tweet sur la « vasectomie obligatoire »: Maurais traite les féministes de « féminazies », de « folles » et de « anti-hommes »

Le 10 juin, la présidente de la FFQ, Gabrielle Bouchard, écrit un tweet ironique sur la « vasectomie obligatoire ».

L’idée est de démontrer qu’alors que le ventre des femmes est un sujet de discussion constant, il est impossible de faire la même chose au sujet du corps des hommes. Gabrielle Bouchard cherchait ainsi à démontrer un double standard.

Elle a aussitôt reçu un grand nombre de réactions outrées d’hommes choqués et de masculinistes frus, ne faisant que prouver la pertinence de sa réflexion.

L’un de ceux-là est Dominic Maurais qui a réagi en faisant une super méga crise du bacon.

D’abord, il a qualifié les féministes d »extrémistes », de « féminazies », de « folles » et d' »anti-hommes ».

Puis, il en rajoute en disant que l’avortement n’est « pas un débat » au Québec.

Tellement pas qu’il y a 2 semaines, Fillion réclamait l’interdiction de l’avortement au deuxième ou troisième trimestre (le qualifiant de meurtre) et que Maurais lui-même disait apprécier la loi restrictive en Géorgie, interdisant l’avortement après 6 semaines seulement.

Avec ce qui se passe aux États-Unis, les masculinistes des médias d’ici se sentent de plus décomplexés de parler du sujet et de réclamer des restrictions à l’avortement. Les femmes souhaitant garder le contrôle sur leur corps auraient intérêt à rester vigilantes.

Parce ce que grâce, entre autres, à la radio-poubelle, le sujet est en train de revenir au premier plan de l’actualité.

Radio X : Maurais fait sa crise du bacon

11 juin 2019, Maurais live, avec Dominic Maurais et Laurent Gaulin

7h20- DM: « Dire une connerie pareille sous un couvert humoristique, j’ai pas trop compris, elle mélange l’avortement là-dedans. Regarde, c’est même pas un enjeu au Québec, l’avortement (…) »

« Elle se donne de l’importance en insultant les hommes (…) La détestation des hommes auprès des féministes radicales, ceux que certains aux États-Unis appellent des féminazies, c’est-à-dire les folles, n’ayons pas peur des mots, les anti-hommes (…) C’est parce que là, on tombe dans la détestation du genre humain. On tombe dans une autre sphère. On tombe dans la haine des hommes. La misandrie. On tombe dans un mode guerrier (…) »

« Les petits gars ont de la misère à l’école… décrochage… Ritalin. Elle sort dans les médias en disant qu’il faut vasectomiser les enfants… les garçons de 18 ans. Autrement dit, les stériliser. C’est la démission, là! (…) C’est la Fédération des Femmes du Québec! Pas de l’Alabama! Ici, il n’y en a pas de débat (…) Moi, je n’en fais pas un thème (LOL) (…) C’est pas un sujet d’actualité au Québec (…) »

« Elle dit ce qu’ils pensent dans le camp des féministes extrémistes. Que les hommes sont des salauds. Que les hommes sont des violeurs. Que les hommes sont toxiques. Que les hommes devraient être éliminés. Tout le discours autour de la toxic masculinity, c’est un peu ça. C’est comme si on avait été beurré comme étant toxique à la naissance, les hommes (…) Un moment donné, il va falloir prendre le parti des garçons dans la société matriarcale dans laquelle on vit (…) On ne devient pas femme (…)

dom-replique-a-la-presidente-de-la-ffq-une-radicale-anti-hommesdehors_2019-06-11.mp3