Une des sources de Pierre « Doc » Mailloux défend l’Église de Scientologie et collabore avec des islamistes

Pierre « Doc » Mailloux cite très rarement ses sources. C’est compréhensible, car elles sont souvent douteuses, désuètes ou non-crédibles. Tout le monde se rappelle de cette fois où il s’est ridiculisé en citant de soi-disant études sur l’infériorité intellectuelle des Noirs à l’émission Tout le monde en parle.

Ce matin, Mailloux a cité une de ses sources, Érick Dietrich, « docteur en sexologie ». Mais une courte recherche sur internet permet de découvrir qu’il s’agit aussi d’un gourou sectaire, défenseur de l’Église de Scientologie, ami des islamistes, obsédé par les pédophiles et antisémite.

« Selon Dietrich, les 2/3 des pères entretiennent une relation d’inceste psychologique avec leur fille ». -Pierre Mailloux, 5 septembre 2018.

Éric Dietrich, photo prise sur son Facebook

En fouillant les articles en ligne sur Dietrich, on découvre un paquet de choses fascinantes.

Un article du journal Le Point accuse Dietrich d’avoir causé la mort d’une de ses patientes suite à des conseils médicaux douteux. D’autres patients l’accusent d’avoir fondé une secte, d’enfreindre son code de déontologie, d’avoir lancé une campagne de salissage accusant ses adversaires de pédophilie, de défendre la secte de la Scientologie et d’association avec un islamiste. Etc…

Le bon « docteur » Érick Dietrich affirme même être « fier » d’avoir subi plus de 17 procédures devant l’ordre des médecins, un « record national ».

Donc, un « docteur » très louche.

La similitude est frappante: Érick Dietrich ressemble beaucoup à Pierre Mailloux.

Même obsession des pédophiles. Même pratique médicale douteuse accompagnée de nombreuses condamnations. Même ascendant puissant sur ses patients, ce qui le fait ressembler à un gourou. Même personnalité narcissique.

Dietrich est une sorte de Mailloux français.

Mailloux est un raciste et un macho. Il a été maintes fois condamné par le Collège des médecins. Il n’y a rien de ses analyses qui se tienne. Il radote toujours les mêmes sottises. Ses sources sont d’une nullité catastrophique. Les dommages qu’il doit causer dans la pratique de son travail, chez ses patients et auditeurs vulnérables, sont sans doute immenses.

Comment peut-on le tolérer à la fois comme animateur de radio et comme psychiatre?

Bibliographie